Clôture des Jncc 2022:

Souleymance Diarrassouba: «Les producteurs constituent la prunelle des yeux de Ouattara»

Publié le
souleymance-diarrassouba-les-producteurs-constituent-la-prunelle-des-yeux-de-ouattara Le ministre du Commerce, de l’Artisanat et de la Promotion des Pme, Souleymane Diarrassouba. (Ph: DR)
Economie

La 8ème édition des Journées nationales du cacao et du chocolat (Jncc) a pris fin, dimanche 2 octobre 2022, par l’allocution de clôture prononcée par le ministre Souleymane Diarrassouba.

Vitrine qui favorise la communion entre l’administration, les acteurs du secteur privé et les producteurs, la 8ème édition des Journées nationales du cacao et du chocolat (Jncc) a pris fin, dimanche 2 octobre 2022.

Prononçant l’allocution de clôture de ce rendez-vous, le ministre du Commerce, de l’Artisanat et de la Promotion des Pme, Souleymane Diarrassouba a présenté l’importance des producteurs ivoiriens aux yeux du président Alassane Ouattara.

«Les producteurs constituent la prunelle des yeux du président Ouattara. C’est pourquoi, il n’a pas hésité, malgré les cours au niveau international, de revaloriser le prix du cacao de 825 Fcfa à 900 Fcfa pour continuer d’aider les paysans», a justifié le ministre du Commerce.

Accélérer la transformation de l'économie

Souleymane Diarrassouba a également félicité les transformateurs locaux de cacao pour le travail accompli.

Il a souligné que la soixantaine d’exposants de la 8ème édition des Jncc a permis de redécouvrir l’ensemble des métiers intervenants dans la chaîne de valeur du cacao.

"Les Jncc s’inscrivent parfaitement dans la vision du président Ouattara qui est d’accélérer la transformation structurelle de l’économie ivoirienne par l’industrialisation"

Le ministre du Commerce a affirmé que les Jncc s’inscrivent parfaitement dans la vision du président Ouattara qui est d’accélérer la transformation structurelle de l’économie ivoirienne par l’industrialisation et le développement des grappes industrielles.

Il a confié que la mise en œuvre du pilier 1 du Plan national de développement (PND 2021-2025), consacré à la transformation des modes de production et de consommation vise à induire des changements qui impacteront le taux de taux de transformation locale des matières premières notamment agricoles, créant ainsi plus de valeurs ajoutées et des emplois durables.

«Si nous progressons par une transformation industrielle locale plus forte, dans la maîtrise d’une plus grande part des chaînes de valeur de nos cultures phares, notamment le cacao, alors nous aurons gagné en grande partie notre pari», a soutenu le ministre Souleymane Diarrassouba.

Création de valeurs ajoutées

Le thème de la 8ème édition des Jncc qui s’est tenue du 30 septembre au 02 octobre 2022: «La transformation locale du cacao: opportunités pour les artisans chocolatiers», a permis d’approfondir les réflexions sur la problématique de la transformation des produits agricoles en produits finis. Ce rendez-vous a été l’occasion d’encourager les jeunes artisans chocolatiers à grandir professionnellement et structurellement à travers des appuis techniques et financiers et d’inviter ceux qui hésitent encore à initier des projets dans le secteur de la transformation locale du cacao en vue de la création de valeurs ajoutées et d’emplois décents pour les jeunes et les femmes, tout en garantissant des revenus décents aux producteurs.

Pour soutenir l’entrepreneuriat en Côte d’Ivoire, le Gouvernement a créé le Guichet unique de développement des entreprises qui en réalité est une entité qui a pour rôle d’accompagner les jeunes entrepreneurs, de l’assistance au financement. Ce guichet unique aura en son sein deux filiales: Côte d’Ivoire Pme et une société de garantie des Pme de Côte d’Ivoire.

"Pour soutenir l’entrepreneuriat en Côte d’Ivoire, le Gouvernement a créé le Guichet unique de développement des entreprises, une entité qui a pour rôle d’accompagner les jeunes entrepreneurs"

La Côte d’Ivoire dispose aujourd’hui d’un marché d’environ 30 millions de consommateurs avec un code des investissements simplifiés, et qui offre des conditions attractives d’accès au marché.

Investir en Côte d’Ivoire, c’est avoir comme marché l’Uemoa avec un marché de l’ordre de 120 millions de consommateurs et la Cedeao avec 350 millions de consommateurs à travers les dispositions du Tarif extérieur commun (TEC), et c’est désormais le marché de la Zlecaf, avec 1,3 milliard de consommateurs. C’est aussi de profiter des accords de partenariat que la Côte d’Ivoire a signé avec l’Union européenne à travers les Accords de partenariat économique intérimaire (Apei) et avec l’Agoa, les États-Unis.

La Côte d’Ivoire est le premier producteur mondial de cacao avec une production d’au moins 2 200 000 tonnes et le premier broyeur mondial avec plus de 700 000 tonnes, soit environ 30% de sa production nationale.

Selon les perspectives, en 2023 la Côte d’Ivoire devrait avoir un niveau de fèves broyées de plus d’un million de tonnes. Ce qui permettra à l’horizon 2023 à la Côte d’Ivoire de broyer au niveau national, au moins 50% de sa production nationale.

Plusieurs lauréats ont été récompensés lors de la 8ème édition des Jncc, pour leur contribution au développement de la filière café cacao.