Jncc 2022: Les transformateurs locaux de cacao font un plaidoyer à l’endroit de l’État

Publié le
jncc-2022-les-transformateurs-locaux-de-cacao-font-un-plaidoyer-a-l-endroit-de-l-etat La Présidente du comité de gestion de la Coopérative agricole Sêyêyê de l’Agneby. (Ph: I.B.)
Economie

La 8ème édition des Journées nationales du cacao et du chocolat (Jncc 2022) a été l’occasion de la formulation de plaidoyer par des producteurs en vue d’accès à des équipements pour la transformation du cacao.

Les transformateurs locaux de cacao ont plaidé pour un appui de l’État de Côte d’Ivoire, dans le cadre de leurs activités de transformation des fèves de cacao.   

Ils ont profité de l’occasion de la 8ème édition des Journées nationales du cacao et du chocolat (Jncc 2022) pour faire un plaidoyer à l’endroit de l’État, et spécifiquement des dirigeants de la filière café cacao.  

Transformation locale du cacao

La Présidente du comité de gestion de la Coopérative agricole Sêyêyê de l’Agneby (Copasa Scoops), Mme N’Goran née Adou Olga Rosine a expliqué que depuis l’avènement de la mévente cacaoyère, «nous avons opté pour la transformation locale artisanale de nos produits».

Aujourd’hui, cette coopérative produit du beurre de cacao, de la poudre de cacao, des fèves torréfiées de cacao, ainsi que du caramel de cacao et du jus et des chips de bananes enrobées de cacao.

"Avec l'avènement de la mévente du cacao, les producteurs se sont engagés dans la transformation locale de leurs produits"

Avec son nouveau concept, au-delà du chocolat, la coopérative Sêyêyê de l’Agneby invite tout le monde à consommer du cacao.

«Ce concept consiste à consommer le cacao sous toutes ses formes, dans tous nos mets locaux. En consommant ainsi le cacao, nous allons augmenter le taux de consommation, toute chose qui va influencer la fixation du prix du cacao», a mentionné Mme N’Goran.

Difficultés liées au financement

Elle a confié que les transformateurs locaux ont beaucoup de difficultés, notamment l’absence de financement.

«On travaille avec nos moyens de bord. Raison pour laquelle nous interpellons les autorités, notamment le Conseil café cacao, les institutions bancaires à nous accompagner dans notre développement. Ça fait à peine un an qu’on opère dans la transformation du cacao et on est débordé de commandes sur le plan local, ainsi que dans la sous-région», a-t-elle indiqué.

La Présidente du comité de gestion de la Copasa Scoops a rassuré que sa coopérative arrive à vendre ses produits, «mais comme on transforme de façon artisanale, la quantité produite n’est pas suffisante pour satisfaire la demande», a-t-elle déploré.

"La Coopérative agricole Sêyêyê de l’Agneby (Copasa Scoops) regroupe 425 membres dont une centaine de femmes"

Elle a plaidé pour la disponibilité de machines afin de pouvoir augmenter la capacité de production de l’unité de transformation et aussi augmenter la qualité de présentation des produits.

«Actuellement, on est passé à une tonne de transformation par mois. On voudrait faire une tonne par jour, parce que récemment on a eu un marché de livraison de 10 tonnes de beurre par mois. Une commande qu’on ne pourra satisfaire que si on a les équipements adéquats», a-t-elle souligné.

La Coopérative agricole Sêyêyê de l’Agneby (Copasa Scoops) est située à Agboville. Elle regroupe 425 membres dont une centaine de femmes.