Lutte contre la vie chère: Dr Ranie-Didice Bah-Koné satisfaite de l’approvisionnement des marchés

Publié le Modifié le
lutte-contre-la-vie-chere-dr-ranie-didice-bah-kone-satisfaite-de-l-approvisionnement-des-marches La Secrétaire exécutive du Cnlvc, Dr Ranie-Didice Bah-Koné au marché Gouro d'Adjamé. (Ph: DR)
Economie

En visite, samedi 1er octobre 2022 au marché Gouro d’Adjamé, la Secrétaire exécutive du Cnlvc, Dr Ranie-Didice Bah-Koné s’est dite satisfaite du niveau d’approvisionnement des marchés ivoiriens.

Durant le mois de février 2022, période difficile, le Conseil national de lutte contre la vie chère (Cnlvc) a effectué une visite dans différents marchés de la ville d’Abidjan. À cette occasion, la Secrétaire exécutive du Cnlvc, Dr Ranie-Didice Bah-Koné a constaté avec amertume une hausse exagérée des prix des produits vivriers.

Marchés approvisionnés

Plusieurs mois après, la Secrétaire exécutive du Cnlvc est retournée, samedi 1er octobre 2022, au marché Gouro d’Adjamé pour s’enquérir des nouveaux prix pratiqués par les commerçants.  

Grande fut sa joie de constater, cette fois-ci, que les prix affichés sont abordables et le marché suffisamment approvisionné. À titre d’exemple, il est possible d’avoir un régime entier de bananes à 1 000 Fcfa et deux ou trois régimes à 2 000 Fcfa. Le seau de piments «sent bon» qui était vendu à 7 000 Fcfa, voire 8 000 Fcfa, est vendu actuellement à 5 000 Fcfa. Le seau d’aubergine blanc est à 1 000 Fcfa sur le marché, au lieu de 2 000 Fcfa, par le passé. Pareil pour le seau d’aubergine violée. Le filet de Gombo qui était à 10 000 Fcfa, est vendu aujourd’hui à 7 500 Fcfa.

"Les prix affichés au marché Gouro d'Adjamé sont abordables et le marché suffisamment approvisionné"

Dr Ranie-Didice Bah-Koné s’est réjouie de l’approvisionnement du marché Gouro, ainsi que des prix pratiqués.

«Au mois de février, en période difficile, les prix étaient difficilement tenables. Des messages de sensibilisation ont été lancés pour appeler les commerçants à ne pas s’adonner à la surenchère et à faire en sorte que les produits restent disponibles pour les consommateurs. 9 mois après, nous revenons, et nous constatons que le marché s’améliore; que les produits sont largement disponibles. Là où on ne trouvait pas de la banane, de l’igname, de l’aubergine, du piment, aujourd’hui, il y en a à profusion avec des prix en baisse. Il était normal de venir faire ce constat d’amélioration», a mentionné la Secrétaire exécutive du Cnlvc.

Des conseils aux ménages

Elle a félicité particulièrement les commerçantes pour la résilience dont elles font preuve dans cette période de conjoncture mondiale.

Mme Yvonne Golé Lou, présidente du marché Gouro Zamblé Lou Madeleine d’Adjamé a confié qu’il y a suffisamment de produits sur le marché.

Saisissant cette occasion, elle a expliqué que les prix fixés sur les marchés sont fonction de la quantité des produits disponibles, ainsi que les heures d’achats. «En octobre, on n’aura pas le prix de février et mars. En octobre, on aura des prix assez abordables et chacun pourra s’approvisionner. Mon conseil est que ceux qui veulent avoir des prix très abordables viennent faire le marché de gros à 4 heures du matin. À partir de 8 heures, c’est le prix du détail s’imposera aux ménages», a informé Mme Yvonne Golé Lou.