Côte d’Ivoire: Des révélations sur la nomination de Bruno Koné au poste de ministre, ses rapports avec Amadou Gon

Publié le Modifié le
cote-d-ivoire-des-revelations-sur-la-nomination-de-bruno-kone-au-poste-de-ministre-ses-rapports-avec-amadou-gon Bruno Koné, Ministre de la Construction. (Ph: DR)
Economie

Dans un document publié dans JA n°3117 d’octobre 2022, Bruno Koné se laisse découvrir et fait des révélations sur sa nomination au poste de ministre en Côte d’Ivoire.

Recruté en 2003 par Côte d’Ivoire Telecom, opérateur historique de la Côte d’Ivoire, Bruno Koné devient le Directeur général de cette entreprise, deux ans plus tard, avant de rejoindre la direction du groupe France Telecom-Orange, à Paris, en 2008. Là bas, il occupe successivement les postes de Directeur de l’audit finances et Directeur des affaires réglementaires et institutionnelles de la zone Afrique Moyen-Orient Asie.

Parcours de Bruno Koné

Étant à Paris (France), en 2011, il est appelé à Abidjan (Côte d’Ivoire), par Amadou Gon Coulibaly, alors Secrétaire général de la présidence de la République. Il s’envole alors pour l’inconnu et apprend, lors d’une escale, qu’il vient d’être nommé ministre des Postes et des Technologies de l’Information et de la Communication.

Le lendemain, une fois à Abidjan, après ses premiers entretiens avec le président Alassane Ouattara et le Premier ministre d’alors, Guillaume Soro, il est désigné porte-parole du Gouvernement.

"Bruno Koné monte doucement dans la galaxie Ouattara, d’autant plus que le président est l’oncle de son épouse"

Dès sa nomination au poste de Premier ministre en 2018, Gon Coulibaly apprécie le sens du travail bien fait et la rigueur de la gestion financière de Bruno Koné, ce qui Lui vaudra un nouveau poste ministériel, celui de la Construction, du Logement et de l’Urbanisme.

«C’est drôle parce que je n’avais pas vraiment fait d’études pour cela, mais quelque part ma fonction rejoint mes rêves d’enfant. Je considère mon rôle primordial pour assurer le bien-être des Ivoiriens. Avoir un toit, être bien chez soi est un droit fondamental. On ne travaille bien, on n’est heureux que lorsqu’on est bien logé. Partout, le bâtiment contribue fortement à la production et à la création d’emplois. Malheureusement, malgré nos efforts, nous n’avons pas encore atteint les objectifs définis», se désole-t-il.

Bilan, 4 ans après

Quatre ans sa prise de fonction, le bilan de Bruno Koné à la tête de ce ministère est plutôt positif, malgré quelques couacs et retards. Un ambitieux projet de modernisation de la gestion du foncier urbain est en cours de réalisation.

« On estime aujourd’hui les besoins en logements sociaux à 600 000 dont 500 000 à Abidjan. Notre ambition est de construire 40 000 à 50 000 habitations de ce type par an, pendant les dix prochaines années », précise-t-il. Considéré comme « trop technocrate », l’élégant ministre n’hésite pas à se rendre sur les chantiers, casque sur la tête, et donne souvent des consignes pour penser, et ériger, des bâtiments plus écologiques.

« Nous avons la chance d’avoir des architectes très compétents, qui ont bien pris en compte toute la richesse de nos savoir-faire africains traditionnels. Par exemple, nous essayons de privilégier la ventilation naturelle des bâtiments, plutôt que la climatisation, vu la densification de notre habitat », se réjouie-t-il.

Ces dernières années, l’effondrement d’une quinzaine d’immeubles mal conçus est venu écorner son image de « bâtisseur ».

« Depuis 2020, nous avons durci la loi et renforcé la surveillance, notamment à travers la plateforme collaborative de contrôle des constructions (PCCC), qui implique désormais les mairies », dit-il.

"La future tour F, réalisée par Pierre Fakhoury, devrait redonner à Abidjan son statut de grande capitale régionale. Imaginé et attendu depuis quelques décennies"

Ce qui n’empêche pas une nouvelle fièvre immobilière à tendance verticale de s’emparer d’Abidjan : la future tour F, réalisée par Pierre Fakhoury, devrait redonner à Abidjan son statut de grande capitale régionale. Imaginé et attendu depuis quelques décennies, cet immense édifice qui aura la forme d’un masque africain, sixième tour de la cité administrative de la ville, deviendra la plus haute d’Afrique.

« Abidjan se particularise par sa modernité, attrayante et futuriste. Cette tour sera l’un des marqueurs d’une Côte d’Ivoire forte et ambitieuse… Mais ce n’est pas du bling-bling ! Nous sommes dans un environnement où manquent des bureaux, des surfaces commerciales, des hôtels, etc. Cette tour contribuera à la réduction de ce déficit et pourra abriter une partie de notre administration », s’enthousiasme le ministre.

De culture Sénoufo, Bruno Koné conserve un attachement à Kouto et à sa région, incarné par sa grand-mère maternelle, à laquelle il est très lié depuis le décès prématuré de sa mère. L’élève studieux s’éprend de littérature française et rêve de devenir médecin ou architecte. Quand ses études lui en laissent le temps, il adore jouer au basket, une passion qui ne le quittera jamais : il est aujourd’hui président d’honneur de la Fédération ivoirienne de basket-ball. Bruno Koné fait toute sa scolarité dans des établissements catholiques, notamment au célèbre collège Saint-Viateur de Bouaké, où il obtient un bac scientifique.

Passé par l’Ecole supérieur de commerce d’Abidjan (ESCA), et HEC Paris, à Jouy-en-Josas, Bruno Koné démarre sa carrière au Cabinet Arthur Andersen Consulting. Il y croise son futur patron, Patrick Achi, chef de mission, qui remarque les qualités humaines et professionnelles de ce jeune social-libéral, futur militant ouattariste. Bruno Koné va gravir une à une les marches de la réussite à Abidjan, en assumant différents postes de directeur financier chez Chanic (1988-1991), Sifcom (1998-2001).

Source : JA