Les travaux ménagers non rémunérés des femmes estimés à 674,43 milliards Fcfa (Etude)

Publié le
les-travaux-menagers-non-remuneres-des-femmes-estimes-a-674-43-milliards-fcfa-etude
Economie

Présentation d'une étude sur les travaux non rémunérés des femmes en Côte d'Ivoire. 

Les travaux ménagers non rémunérés des femmes sont estimés à 674,43 milliards de francs CFA soit 2,1% du Produit intérieur brut (PIB) contre 179,13% milliards F CFA pour celui des hommes.

résultats de l'enquête 

Ces données sont le résultat de l’enquête harmonisée des conditions de vie des ménages de 2018 en Côte d’Ivoire de l’Université Félix Houphouët Boigny d’Abidjan et le consortium régional pour la recherche en économie générationnelle avec l’appui financier du Fonds des Nations Unies pour la population (UNFPA) relayé par l'Agence Ivoirienne de Presse.

Elles ont été publiées jeudi 24 novembre 2022 dans le cadre de la restitution des travaux de recherche sur le dividende démographique et l’évaluation du temps de travail domestique non rémunéré à Abidjan.

Selon l’étude, les principaux résultats obtenus indiquent que la production de temps consacré aux travaux ménagers non rémunérés des femmes est nettement supérieure à celle des hommes sur tout le cycle de vie et atteint son pic à 4,6 heures par semaine à l’âge de 34 ans.

En termes monétaire celui-ci équivaut à environ 84 948 F CFA et concerne la tranche d’âge de 32 ans. La valeur de la production agrégée de temps de travail domestique des hommes et des femmes s’établit à 853,57 milliards de francs CFA et représente environ 2,6% du Produit intérieur brut (PIB) avec une part des femmes estimée à 674,43 milliards de francs CFA soit 2,1% du PIB et celle des hommes est estimée à 179,13 milliards de francs CFA et représente environ 0,6% du PIB.

un plan de développement 

Saluant ses équipes pour les résultats, le président de l’Université Felix Houphouët Boigny d’Abidjan, Pr Ballo Zié a précisé que le rôle de ce temple du savoir est non seulement de mettre à la disposition de la Côte d’Ivoire, les ressources humaines de qualité dont le pays a besoin pour son développement, mais aussi de produire des évidences pour orienter les politiques en vue des choix optimaux.

La Représentante résidente du Fonds des Nations unies pour la population (UNFPA), Cécile Compaoré Zoungrana a exhorté les experts à poursuivre leur travail de veille afin d’être à la pointe de la recherche promettant l’appui de son institution et  des partenaires techniques et financiers qui accompagnent la Côte d’Ivoire dans sa marche vers le développement.

«Nous accordons beaucoup d’importance à ces résultats sur le profil démographique et sur le travail domestique non rémunéré en Côte d’Ivoire », a-t-elle conclu.