Gagnoa /Education nationale/ 8 élèves exclus prennent en otage les 3 lycées publics: Leurs parents convoqués par le préfet

Publié le Modifié le
gagnoa-education-nationale-8-eleves-exclus-prennent-en-otage-les-3-lycees-publics-leurs-parents-convoques-par-le-prefet Les élèves ne se sont pas fait prier pour rentrer chez eux (Ph : A.S.T.)
Education

Exclus temporairement pour indiscipline au lycée moderne 3 de Gagnoa, huit élèves du lycée moderne 3 de Gagnoa ont pris en otage, hier lundi 03 février 2020, les 14.000 élèves des 3 principaux lycées publics de la ville.

« Rentrez chez vous, circulez, tant que nous on sera dehors, il n’y aura pas cours », aurait lâché l’un de ces perturbateurs. Avec certains de leurs camarades qui eux, sont autorisés à suivre les cours et acquis à leur cause, ils ont envahi dès 07h30, la cour du lycée moderne 2. Après un bref mais précis speech durant le meeting improvisé au drapeau, on assiste à un déluge de coups de sifflet, accompagnés de jets de pierre. C’est le branle-bas dans la cour des lycées 1 et 2, contigus. Les élèves sont chassés des salles de classe et ceux qui semblent vouloir résister, sont menacés. Enseignants et éducateurs, surpris par l’action des perturbateurs, se mettent rapidement à l’abri, au niveau de l’administration et de la salle des profs.

« Il n’y a pas eu de chasse à l’homme, vu que l’objectif recherché est de faire cesser les cours », révélera plus tard, un professeur de Sciences de la vie et de la terre. Les huit élèves, il faut le souligner, sont tous inscrits au lycée 3, situés à quelques kilomètres des lycées 1 et 2. Ils étaient sous le coup d’une sanction disciplinaire de trois jours francs, pour indiscipline et perturbations intempestifs, décidée par le conseil de discipline de leur établissement. La sanction qui prenait effet hier lundi 03 février, devait s’achever demain mercredi 05 février. L’intervention des forces de police va ramener le calme au sein des établissements.

Malheureusement, l’immense majorité des élèves avaient déjà pris le chemin de la maison, pour éviter d’être pris à partie par ces élèves incontrôlés. Au moment où nous mettions l’information sous presse, les parents des huit élèves, attendaient d’être reçus par le préfet de région du Gôh, qui les avait convoqués.

Abraham Sahié TOURE, Correspondant régional