Côte d’Ivoire/Covid-19 : L’Union nationale estudiantine et scolaire de Côte d’Ivoire juge inefficace les cours à distance, ses propositions pour le rayonnement du système éducatif

Publié le Modifié le
cote-d-ivoire-covid-19-l-union-nationale-estudiantine-et-scolaire-de-cote-d-ivoire-juge-inefficace-les-cours-a-distance-ses-propositions-pour-le-rayonnement-du-systeme-educatif Kouamé N’guessan Jean Vincent, secrétaire général de l’Unesci propose en lieu et place de la solution à distance, une solution plus concrète, adaptée aux réalités ivoiriennes et tenant compte des mesures barrières
Education

Ecole fermée, mais cahiers ouverts ». C’est le projet initié par le ministère de l’Éducation nationale, de l’Enseignement Technique et de la Formation professionnelle (Menetfp). Une initiative pilotée par le cabinet de la ministre Kandia Camara en vue d’assurer la continuité de l’école fermée à cause de la pandémie à coronavirus. Pour l’Union nationale estudiantine et scolaire de Côte d’Ivoire (Unesci), cette solution, n’est pas adaptée aux réalités et n’est donc pas une alternative crédible pour assurer efficacement la continuité de la formation des élèves en classes d’examens en cette période de la pandémie à COVID-19. Le Bureau national de l’Unesci propose en lieu et place de la solution à distance, une solution plus concrète, adaptée aux réalités ivoiriennes et tenant compte des mesures barrières. Ci-dessous l’intégralité du message dont nous avons reçu copie ce lundi 20 avril 2020.

I-CONTEXTE ET JUSTIFICATION

La Côte d’Ivoire à l’instar du reste du monde, traverse une crise sanitaire sans précédent. Cette maladie, appelée la pandémie à COVID-19 ou encore CORONAVIRUS n’épargne aucun pays. Elle a d’ailleurs commencé à s’attaquer aux plus puissants pour en venir aux moins puissants puis aux plus faibles. C’est dire que toute la planète est en ébullition quant à un remède qui viendrait nous sauver de cette tragédie planétaire. Ce virus qui n’épargne personne, n’épargne également aucun secteur d’activité et même les fondamentaux d’une société. Fondamentaux parmi lesquelles figures l’école. L’école comme nous l’avons connu est fermée du fait de cette pandémie. Aujourd’hui, les Etats du monde entier réfléchissent à trouver une alternative pour assurer la formation de l’élite de demain car cette crise pourrait stagner plus longtemps que nous l’imaginions. Comme solution, certaines nations dites développées ont opté pour une formation à distance vu que la maladie à COVID-19 se transmet et se propage aux contacts physiques entre les personnes. Fermer les écoles et faire les cours à distance paraît être une solution pour eux d’éviter la propagation du virus et assurer la continuité de la formation académique des fils et filles desdites nations. Cette alternative, malgré le niveau de développement de ces nations, rencontre d’énormes difficultés. La Côte d’Ivoire, depuis maintenant une semaine a initié à son tour sa formation à distance à travers la télévision et la radio. Cette initiative donnera-t-elle des résultats escomptés vu son niveau de développement?

II-BILAN DE LA PREMIERE SEMAINE DES COURS A DISTANCE

A peine une semaine passée, la solution des cours à distance en Côte d’Ivoire montre qu’elle n’est pas taillée à la mesure du niveau de développement de notre pays et que nous devons ensemble réfléchir à trouver une solution plus adaptée à nos réalités. Nous pouvons citer comme obstacles à ce procédé :

Le temps dédié aux cours à la télévision et la radio ne permet pas une meilleure compréhension de ceux-ci (10 à 15 minutes)

-Les élèves disent ne pas comprendre les cours

-Ils disent ne pas arriver à se concentrer à la maison

-L’absence d’interlocuteur à qui poser des questions lorsque l’on ne comprend pas, éloigne d’avantage ce procédé de son but.

-Nous avons une grande frange des élèves qui se retrouvent actuellement dans des campements auprès de leurs parents qui n’ont accès à la télévision pour suivre les cours de mathématique et science physique

L’âge et le niveau de nos cadets du CM2 dont une très grande frange se retrouve dans les zones reculées, ne les permettent pas d’assimiler des cours dispensés en 10 minutes à la télévision et à la radio.    

De tout ce qui précède, le Bureau Exécutif National de l’UNESCI estime que cette solution n’est pas adaptée à nos réalités et n’est donc pas une alternative crédible pour assurer efficacement la continuité de la formation des élèves en classes d’examens en cette période de la pandémie à COVID-19. Le BEN-UNESCI propose en lieu et place de la solution à distance, une solution plus concrète, adaptée à nos réalités et tenant compte des mesures barrières.

III-SOLUTION DE L’UNESCI POUR SAUVER L’ANNEE ACADEMIQUE 2019/2020 ET LES EXAMENS A GRAND TIRAGE DE L’ENSEIGNEMENT SECONDAIRE EN COTE D’IVOIRE FACE A LA PANDEMIE DU COVID-2019      

L’Union Nationale Estudiantine et Scolaire de Côte d’Ivoire (UNESCI) depuis la fermeture de l’école le 16 mars 2020 du fait de la pandémie du COVID-19, ne cesse de mener la réflexion afin de trouver une alternative crédible à proposer aux autorités en charge de l’éducation nationale pour sauver l’année scolaire 2019/2020 et les examens à grand tirage. A l’issue de notre réflexion, nous proposons au ministère de l’éducation nationale, de l’enseignement technique et de la formation professionnelle ce qui suit :

Etant donné que le premier trimestre et le deuxième trimestre de l’année scolaire 2019/2020 ont été achevés;

-Vu que la priorité est de permettre aux élèves en classes d’examens d’être à niveau pour les examens de fin d’années ;

Nous demandons :

-La validation de l’année scolaire 2019/2020 en semestre.

-La réouverture des classes uniquement pour les classes d’examens (CM2, 3è et Tle) en procédant à la réduction des effectifs afin de les permettre de terminer les programmes et participer aux examens à grand tirage.

 

N.B: Le titre et le chapeau sont de la rédaction