Droit à l’Éducation: Parlementaires et acteurs de l’Éducation nationale mandatés à vulgariser les « Principes d’Abidjan »


07/09/2020
Droit à l’Éducation: Parlementaires et acteurs de l’Éducation nationale mandatés à vulgariser les « Principes d’Abidjan »
Le RIP-EPT a souligné que de nombreuses études à travers le monde ont démontré la part très importante des acteurs privés dans les systèmes éducatifs avec à divers degrés une offre d’éducation très problématique

Faire connaître les « Principes d’Abidjan » aux députés et aux responsables de l’administration centrale du ministère de l'Éducation nationale, de l’Enseignement Technique et de la Formation professionnelle afin que ces derniers en retour vulgarisent ce projet qui a pour objectif de faciliter l’accessibilité à l’enseignement de bonne qualité en Côte d’Ivoire. Pour ce faire, le Réseau ivoirien pour la promotion de l’éducation pour tous (Rip-Ept) a organisé, le jeudi 03 septembre 202 à Abidjan-Plateau, un atelier de formation.

« Les principes d’Abidjan » est un document relatif au droit à l’éducation et également relatif aux obligations des Etats en matière de droit de l’homme. C’est un instrument normatif qui devrait permettre à faire avancer l’éducation en Côte d’Ivoire. Car il a pour objectif de fournir un enseignement public de qualité et de réglementer l’implication du privé dans le secteur éducatif.

Des explications livrées par le président du Conseil d’administration du RIP-EPT, Gnelou Paul, qui a pris la peine d’indiquer que ce document a d'abord été élaboré puis adopté, le 13 février 2019, à Grand-Bassam par 50 experts de droit de l’homme, tous venus des continents du monde.

Prouvant l’authenticité dudit document, il a fait savoir que « Les principes d’Abidjan » est reconnu par le Conseil des droits de l’homme des Nations Unies et la Commission africaine des droits de l’homme et des peuples.S’adressant à ses hôtes, c’est-à-dire les parlementaires et les acteurs de l’Éducation nationale, Gnelou Paul a plaidé un soutien de leur part, concernant la prise en compte dudit document dans les politiques éducatives du pays. 

 Intervenant par vidéo-conférence, Sylvain Aubry de l’Ong initiative globale des droits économiques, sociaux et culturels, après avoir insisté sur l’importance de ce document a éclairé les séminaristes sur l’impact de la prolifération des écoles privées sur les sociétés. À savoir : la ségrégation sociale, la division, le creusement des inégalités, le risque de corruption, des contenus éducatifs rétrécis.

Pour terminer, le RIP-EPT a souligné que de nombreuses études à travers le monde ont démontré la part très importante des acteurs privés dans les systèmes éducatifs avec à divers degrés une offre d’éducation très problématique relativement aux frais de scolarité exigés aux parents d’élèves ainsi qu’à la qualité de l’environnement scolaire et des enseignements. 

M.T

MELEDJE Trésore

|

  • SOURCE: Linfodrome

1 | 2