Rentrée scolaire 2020/2021: Kandia Camara a donné le top départ, ce lundi, à Bongouanou


14/09/2020
Rentrée scolaire 2020/2021: Kandia Camara a donné le top départ, ce lundi, à Bongouanou
La ministre Kandia Camara a lancé officiellement la rentrée scolaire 2020/2021.

Kandia Camara, ministre de l’Éducation nationale, de l’enseignement technique et de la formation professionnelle a procédé, ce lundi 14 septembre 2020, au lancement officiel de la rentrée scolaire 2020/2021, au Lycée moderne de Bougouanou.

« Au niveau de l’État, une importance est accordée au système éducatif. Je dirai même que pour l’État de Côte d’Ivoire, l’éducation fait partie des priorités et des premières priorités et on s’en félicite, nous en sommes très heureux. Nous sommes ici dans la Dren de Bongouanou. Je voudrais surtout noter qu’en ce premier jour de rentrée, les enseignants et les enseignantes sont bel et bien à leur poste. Et, les élèves aussi sont là, enthousiastes », a fait observer la ministre Kandia.

Selon elle, l’année scolaire c’est 9 mois qui constituent des activités bien précises. « Depuis le 1er jour jusqu’au dernier jour, à l’arrêt des notes, il y a des activités bien précises. C’est pour cela que nous parlons de calendrier scolaire. Il y a les enseignements, les évaluations, il y a plein d’activités que nous menons. Et, c’est l’achèvement de toutes ces activités en fin d’année  qui fait en sorte que les élèves ont la somme de connaissances qu’il leur faut pour aller en classe supérieure ou être admis à un examen. Puisque l’examen est l’évaluation des élèves sur ce qu’ils ont appris toute l’année », a-t-elle expliqué.

Par ailleurs la ministre de l’Éducation nationale a mis le corps enseignant face à ses responsabilités. « Je voudrais préciser aussi que contrairement à ce que beaucoup pensent, l’examen c’est aussi bien l’évaluation des élèves que de leurs enseignants. Quand on vous confie des enfants pendant 9 mois, on vous demande de leur apprendre quelque chose. Au bout de 9 mois, s’il y a plus de 50 % des enfants qui n’ont rien appris, soit, ils n’ont pas été assidus, ou alors c’est le professeur ou l’enseignant qui n’a pas été assez compétent pour leur transmettre le savoir », a-t-elle souligné.

 

Jonas BAIKEH

 

Jonas BAIKEH

|

  • SOURCE: Linfodrome

1 | 2