Côte d’Ivoire / États généraux de l’éducation : La position d'un prêtre catholique

Education
Publié le Source : Linfodrome
cote-d-ivoire-etats-generaux-de-l-education-la-position-d-un-pretre-catholique Selon le père Donald Zagoré, les états généraux de l'école permettront d’assainir le milieu scolaire ivoirien. (Ph: DR)

Afin de sortir l'école ivoirienne de la mauvaise passe qu'elle traverse, la ministre de l'Éducation nationale et de l'Alphabétisation, Mariatou Koné a décidé d'organiser les états généraux de l'école. Une décision qui suscite des réactions dont celle du père Donald Zagoré, prêtre catholique de la Société des missions africaines (Sma).

En Côte d’Ivoire, les états généraux de l’éducation nationale ont été lancés depuis le lundi 19 juillet, en vue d’assainir le milieu scolaire ivoirien, pour offrir aux jeunes générations ivoiriennes une éducation de qualité. C’est une initiative hautement saluée et porteuse de beaucoup d’espoir, vue l’état de dégradation dans laquelle fut plongé le système éducatif ivoirien depuis plusieurs décennies. Ce n’est un secret pour personne, le système éducatif ivoirien va mal. Les programmes scolaires sont pauvres en contenu. Nos écoles et universités, généralement saturées, fonctionnent très mal. Les états généraux vont consister à faire l’état des lieux, en vue de tracer des sillons par des propositions concrètes pour tout simplement sauver l’école ivoirienne.

L’éducation est la clé de tout vrai développement. On ne peut pas aspirer à un développement authentique et holistique si la formation humaine intégrale est reléguée au second plan. Tout projet de développement doit d’abord partir de la base éducative. On ne peut pas vouloir construire des routes, des hôpitaux, des ponts en faisant toujours appel à des expatriés. Il faut pouvoir avoir des hommes et des femmes formés dans nos écoles. L’éducation doit être la priorité des priorités. C’est un défi majeur pour toute l’Afrique. Seule une éducation authentique et holistique pourra nous aider à lutter véritablement contre la pauvreté.

La société ivoirienne de demain, née de la force des consciences forgées par l’éducation, deviendrait le lieu où la vie de l’homme est respectée, sauvegardée, protégée de sa conception à sa mort. Le lieu où la jeunesse n’est plus contrainte de chercher dans la drogue, le voyeurisme, le gangstérisme, la tricherie, l'illusion du bonheur. Le lieu où resplendissent et se réalisent la justice, la vérité, l’amour, la solidarité, le service. Le lieu où est bannie la corruption. Le lieu où l’homme n’est plus un loup pour l’homme, mais tout simplement amis de l’homme.

P. Donald ZAGORE, sma