Abidjan

« Salon des inscriptions » : Une opportunité offerte aux bacheliers et aux étudiants d’étudier au Maghreb

Education
Publié le Source : Linfodrome
salon-des-inscriptions-une-opportunite-offerte-aux-bacheliers-et-aux-etudiants-d-etudier-au-maghreb Mme Fatima Zahra Bahjawi (à gauche) lors de son entretien avec la presse

En prélude au « Salon des inscriptions » qu’organise Smart Africa Student (SAS) du mardi 3 au jeudi 5 août 2021, dans le hall de la CAISTAB, à Abidjan, Mme Fatima Zahra Bahjawi, directrice générale de Smart Africa Consulting, a rencontré, ce mercredi 28 juillet 2021, la presse au Plateau pour donner de plus amples détails sur cet événement qui offre l’opportunité aux nouveaux bacheliers et aux étudiants d’étudier au Maghreb avec des facilités.

Après l’ouverture de ses bureaux à Libreville (Gabon) et à Kinshasa (RDC), Smart Africa Student (SAS), qui est une plate-forme qui accompagne les bacheliers et les étudiants dans la finalisation de leurs choix d’orientation ou réorientation, a ouvert, en février 2021, celui (le bureau) d’Abidjan. Et pour le lancement de ses activités, SAS organise, du mardi 3 au jeudi 5 août 2021, le « Salon des Inscriptions » à la Caistab. « Smart Africa travaille dans le domaine de l’orientation académique. C’est-à-dire tout ce qui est orientation, accompagnement des étudiants. Notre plate-forme regroupe plus de 65 grandes universités, notamment au Maroc, en Tunisie et d’autres pays. Nous avons des partenariats publics privés (PPP). Nous avons des universités publiques, semi-publiques et des privées qui seront avec nous, lors de ce salon », a précisé Mme Fatima Zahra Bahjawi.

Elle a fait savoir que c’est une « occasion pour les jeunes bacheliers de découvrir l'univers de l'enseignement supérieur et pour celles et ceux qui ont déjà commencé leurs études supérieures d’envisager des nouvelles perspectives pour leurs projets professionnels. Une opportunité aussi pour s’assurer une pré-inscription dans l’établissement de leur choix ».

Des établissements de renom, aux diplômes reconnus par l'État et à l’international, attendent bacheliers, étudiants et parents pour les informer sur les programmes, les conditions d'admission, les cursus et diplômes proposés. « Nous avons décidé de faire venir à peu près 25 de nos partenaires qui forment dans tous les domaines : ingénieries, management, la médecine, les sciences de la santé. Ils seront là pendant les 3 jours (le 3, 4 et 5 août) …Ils sont là pour donner toutes les informations, faire des tests et donner des instructions sur place », a-t-elle précisé.

A l’en croire, tout le processus se fera gratuitement pour cette année. « On passe des tests gratuitement. Ce qui est important, tous les services de Smart Africa sont gratuits cette année. C’est-à-dire pour l’année de lancement à Abidjan, on accompagne les étudiants, on fait venir des écoles pour qu’elles donnent l’information. L’entrée du salon est gratuite. On termine avec la procédure, l’enregistrement dans l’école, le départ d’ici, l’accueil à Casa. Tout ce qui est démarche administrative, logement adéquat, faire la carte consulaire, la carte de séjour. Tous ces services et le suivi tout au long de ses études », a-t-elle assuré avant de donner d’autres explications sur le Salon des inscriptions d’Abidjan : « L’étudiant qui va venir pendant les 3 jours, rencontrera les différents établissements présents et discutera avec eux. C’est selon les capacités qu’on peut dire que tel étudiant est fait pour telle ou telle école ; ou telle filière. Ils vont passer des tests et des entretiens sur place pendant les 3 jours. Une fois qu’ils ont réussi le test et choisi leur établissement, suivra la partie concernant l’inscription, la préparation administrative et autres ».

Au dire de Mme Fatima Zahra, à cause de la pandémie de la Covid-19, on n’a pas besoin de visa pour partir au Maroc, mais il faut une autorisation d’entrée sur le territoire. Celle-ci est obligatoire. « Nous nous occupons de cette autorisation d’entrée sur le territoire pour les étudiants parce qu’on est habilité à le faire. Et on prépare avec lui le voyage. D’abord, c’est le choix du logement. Au niveau de la plate-forme Smart Africa, nous avons des universités qui nous offrent des logements gratuits au Maroc et en Tunisie. Il y a des universités qui nous disent, pour vos étudiants, au lieu de payer la totalité, ils vont payer 50%. Nous faisons profiter les étudiants qui passent par notre plate-forme. On prépare avec lui le logement. Si c’est gratuit, on lui donne, mais si ce n’est pas gratuit, on lui donne les différentes possibilités pour qu’il choisisse le logement adéquat », a-t-elle souligné.

De son départ d’Abidjan au pays d’accueil, l’étudiant est assisté par SAS. « On l’accompagne à l’aéroport. De l’autre côté, il y a une équipe de Smart Africa Maroc qui vient le chercher à l’aéroport. S’il fait tard, on l’installe à l’hôtel à nos frais. Le lendemain matin, on le ramène au bureau pour faire toutes les démarches administratives. Chacun est conduit dans son logement qu’il a choisi depuis ici. Après, on termine les procédures, c’est-à-dire les documents auprès de l’ambassade du pays. Après, c’est la préparation des cartes de séjour. La carte consulaire ne remplace pas la carte de séjour qui est très importante », a insisté Mme Fatima Zahra Bahjawi.

Elle souligne que les parents peuvent avoir des informations sur leurs enfants depuis le bureau d’Abidjan. « Ce qui est bien, les parents peuvent venir régulièrement à notre antenne à Abidjan pour avoir des informations sur leurs enfants, c’est-à-dire les résultats, l’assiduité chaque fin du mois. Est-ce qu’il a des problèmes. Toutes ces informations, les parents peuvent les avoir au niveau du bureau d’Abidjan. On assiste l’étudiant tout au long de son parcours », assure-t-elle, avant d’ajouter que sa structure a 1 200 étudiants de différentes nationalités qu’elle gère au Maroc, sur les différents volets administratifs, académiques et financiers…

Comme on le voit, SAS offre une véritable opportunité aux bacheliers et étudiants à travers le « Salon des inscriptions d’Abidjan ».

Adolphe Angoua

Sauf autorisation de la rédaction ou partenariat pré-établi, la reprise des articles de linfodrome.com, même partielle, est strictement interdite. Tout contrevenant s’expose à des poursuites.