Côte d'Ivoire

Education/ Congés anticipés : Des perturbations signalées à Korhogo, Man, Dabou, Divo, Soubre…

Publié le Modifié le
education-conges-anticipes-des-perturbations-signalees-a-korhogo-man-dabou-divo-soubre Le message autour des congés anticipés a du mal à passer.
Education

Plusieurs perturbations dans des écoles de différentes villes en Côte d’Ivoire ont été signalées à Linfodrome ce lundi 06 décembre 2021. Il s’agit notamment des villes de Korhogo, Aboisso, Man, Dabou, Divo, Bongouanou, Arrah, Vavoua, et Soubré.

Le message de la ministre de l’Education nationale et de l’Alphabétisation, Mariatou Koné, à travers la campagne dénommée « zéro congé anticipé », a du mal à passer.

Des congés anticipés à la peau dure

Le phénomène des congés anticipés dans les écoles en Côte d’Ivoire à la peau dure. Face à cette situation, l’Organisation des parents d'élèves et étudiants de Côte d'Ivoire (Opeeci), multiplie les initiatives pour ramener les élèves à la raison et le calme dans les écoles.

Son président, Aka Claude Kadio, s’est confié à Linfodrome lors d’un échange ce lundi 06 décembre 2021. « Suite à l'information reçue du responsable de la section Opeeci de Korhogo sur les perturbations du lycée Houphouët Boigny de Korhogo, j'ai fait un peu le tour de quelques autres sections. Et la réalité est que les troubles sont réels », a révélé le président de l’Organisation des parents d'élèves et étudiants de Côte d'Ivoire (Opeeci).


Aka Claude Kadio a expliqué que « des attaques d'écoles à jet de pierres et autres » ont eu lieu à Aboisso, Man (écoles totalement paralysées), Dabou, Bongouanou, Arrah, Vavoua, et Soubré. « Je suis à  l'écoute des  autres sections », a ajouté le président de l’Opeeci.

Daloa n'a pas encore réagi

L’homme engagé pour la relève de l’éducation nationale en Côte d’Ivoire a fait une précision. « Signalons que pour l'instant Daloa n'a pas encore réagi. J'ai instruit le responsable de l'Opeeci de Daloa qui initie depuis un certain temps avec les élèves des rencontres dans les écoles de poursuivre ce travail », a souligné le président de l’Opeeci.

Un message qui a du mal à passer

Pour rappel, l'Opeeci demande aux élèves depuis un certain temps « de prendre conscience de l'importance du respect des dates des congés définies par le ministère de tutelle afin de terminer le programme préétabli pour garantir le succès de fin d'année ».


Aka Claude Kadio a également appelé, il y a quelques jours au cours d’une sensibilisation sur la route de Bassam, à éviter « toutes sortes de violences tendant à porter atteinte à l'intégrité physique et morale des élèves et à entraver le bon déroulement de l'année scolaire ». Le président de l’Opeeci a souhaité que les élèves privilégient leurs études et le sérieux dans le travail bien fait.


Pour sa part, le psychologue Nour Bakayoko a indiqué que les élèves ne sont pas obligés de réagir face à la violence physique ou psychologique en milieu scolaire. « Aucune arme ne peut briser la force de l'indifférence. En plus de ça vous devez avoir une bonne estime de vous-même. Ayez confiance en vous-même. Il faut revoir vos amis. Je parle de ce que vous devez faire », a-t-il martelé

Eddy BIBI