Côte d'Ivoire

Congés anticipés : Les élèves fauteurs de troubles bientôt exclus de l’école, les explications du porte-parole du gouvernement

Publié le Modifié le
conges-anticipes-les-eleves-fauteurs-de-troubles-bientot-exclus-de-l-ecole-les-explications-du-porte-parole-du-gouvernement Un groupe d'élèves devant un établissement
Education

Le porte-parole du gouvernement, le ministre de la communication et des médias de Côte d’Ivoire, Amadou Coulibaly a révélé ce mercredi 8 décembre, que l’Etat a pris des mesures pour mettre fin aux violences liées aux congés anticipés, en prenant des mesures drastiques contre leurs auteurs.

Les élèves de plusieurs établissements secondaires publics et privés ont décidé de troubler le calendrier scolaire en allant de manière prématurée en congés de Noël et de nouvel an. Et ce, en usant parfois de violences et subterfuges malsaines. On dénonce en effet, des casses et d’importants dégâts matériels. Cette question de congés anticipés a été abordée ce 8 décembre 2021 en conseil de ministres. Au terme de cette cérémonie, le ministre de la communication et des médias Amadou Coulibaly, par ailleurs porte-parole du gouvernement, a fait le bilan de ce qu’on peut désormais appeler “affaire congés anticipés”

D’abord, le porte-parole du gouvernement a tenter de minimiser les violences survenues récemment du fait des élèves qui veulent aller en congés avant la date fixée par le ministère de l’éducation nationale et de l’alphabétisation. « Même si les cas sont graves, ils restent marginaux. Sur 111 départements, 9 sont concernés» semble se réjouir le porte-parole du gouvernement.


Il a ensuite révélé que des sanctions seront prises à l’encontre des enfants responsables de ces troubles. « Des sanctions administratives seront prises, allant de l’exclusion temporaire à l’exclusion définitive en cas de récidive. Le ministre de la justice a reçu des instructions pour que des mesures soient prises » a ajouté le ministre de la Communication.

Il faut d’ores et déjà, savoir que des élèves ont troublés les cours dans plusieurs villes de l’intérieur du pays. Ils vont jusqu’à déloger leurs camarades qui suivre tranquillement les cours.

Elvis GOUZA