Côte d'Ivoire : Dr. Déazon André évoque les causes profondes des problèmes du système éducatif ivoirien

Publié le Modifié le
cote-d-ivoire-dr-deazon-andre-evoque-les-causes-profondes-des-problemes-du-systeme-educatif-ivoirien Dr. Déazon André a conseillé au gouvernement Patrick Achi de faire appel aux expertises locales.
Education

Le Spécialiste en Science de l'éducation, Dr. Déazon André a évoqué les causes profondes des problèmes du système éducatif ivoirien.

Dr. Déazon André, Directeur général de la Soka Gakkai internationale - section Côte d'Ivoire (Sgi-Ci), a mis en lumière les défaillances de l'éducation en Côte d’Ivoire.

« Il y a des expertises en Côte d'Ivoire »

Dr. Déazon André a expliqué pourquoi le système éducatif ivoirien va mal depuis plusieurs années, surtout au moment où se tiennent les états généraux de l'éducation nationale en Côte d’Ivoire.

Le Spécialiste en Science de l'éducation a fait comprendre que la Côte d’Ivoire possède des experts locaux capables de sortir l’école ivoirienne du gouffre dans lequel elle est plongée.

« Pourquoi on ne recherche pas les expertises. Il y a des expertises en Côte d'Ivoire. C'est pour cela que les enseignants du supérieur ne publient pas, n'écrivent pas. Ils se disent : mais je vais passer des nuits blanches à écrire, ça va servir à quoi ? Est-ce qu'ils vont en tenir compte », a-t-il déclaré.

Appel lancé au gouvernement Patrick Achi

Dr. Déazon André a lancé un appel au gouvernement ivoirien dirigé par le Premier ministre Patrick Achi. « Moi qui vous parle, je suis à la fois philosophe et scientifique. Où est-ce que vous voulez allez si vous ne recherchez pas les expertises de votre pays en développement, chez les aînés d'abord qui ont fait la preuve de leurs compétences ? », a-t-il interpellé.

 

Le Directeur général de la Sgi-Ci a invité le gouvernement Patrick Achi à saisir la main tendue pendant qu’il est encore temps. Il a cité l'exemple du Japon qui, grâce à l'expertise de ses aînés auxquels il a fait appel, a pu rattraper son retard et dépasser de nombreux pays dans le monde.

Modèle japonais

Dr. Déazon André a conseillé de s’inspirer du modèle japonais. « Le Japon fait le départ à la retraite par l'approche par compétence. Les agents les plus compétents restent en entreprise et viennent 2 ou 3 fois par semaine pour former les cadets qui viennent d'arriver, jusqu'à ce que l'entreprise ait la certitude que ces cadets-là sont au point pour faire le travail qu'il y a à faire. C’est à partir de là qu'on libère les aînés les plus experts », a-t-il détaillé.

Pour le Directeur général de la Sgi-Ci, si la Côte d'Ivoire ne profite pas de ses expertises locales et continue de faire les mêmes erreurs, l'école ivoirienne court à sa perte. « Il faut une base de données des experts. Même si vous ne les nommez pas, vous savez qui est qui dans tel domaine. Vous pouvez l’appeler pour un contrat d’une semaine ou deux. Il règle le problème et il s’en va », a proposé Dr. Déazon André.

Il a également attiré l’attention sur un point. « Jusqu'à aujourd'hui, l'enseignement du primaire à la terminale n'a pas d'institut pédagogique. Les enseignants ne sont pas formés. On ne fait pas de la formation pédagogique à l'Ens (Ecole normale supérieure). Le micro-enseignement ce n'est pas de la formation pédagogique », a fait remarquer Dr. Déazon André.

Eddy BIBI

Vidéo