Gagnoa

Une grenade explose dans son champ et lui arrache le bras

Publié le Modifié le
une-grenade-explose-dans-son-champ-et-lui-arrache-le-bras (Photo d'archives)
Faits divers

La guerre post-électorale est terminée depuis avril 2011. Mais trois ans après, elle continue de faire des victimes, silencieusement.

En effet, les engins de guerre et autres explosifs qui traînent ça et là, causent d'énormes préjudices aux populations. C'est le cas du jeune Théophile Konan Konan, dont le bras a été littéralement arraché par une grenade qui a explosé alors qu'il était en pleine activité champêtre.

Selon un site d'information qui rapporte l'information, les faits se sont produits le 13 mai dernier, dans un village du département de Soubré. Le jeune paysan était en train de labourer son champ quand la daba enfoncée dans le sol s'est heurtée à l'engin explosif qui y était enfoui. Le choc va entraîner l'explosion de la grenade, blessant grièvement le pauvre planteur. La détonation a, en effet, arraché le bras gauche de l'infortuné Konan Konan et causé des blessures à d'autres parties du corps. Sérieusement atteint, le malheureux est évacué dans un centre de santé à Gagnoa.

Victime des effets collatéraux de la guerre post-électorale, le jeune agriculteur peine à faire face aux soins que nécessite son état. Aussi, implore-t-il le secours des pouvoirs publics afin de bénéficier d'une assistance médicale. Il est à souligner que Théophile Konan Konan n'est pas le premier citoyen à être victime des engins de guerre disséminés dans la nature suite à la guerre ayant suivi le contentieux électoral. Depuis la fin des hostilités, ces explosifs causent des malheurs, aussi bien dans les villages qu'en zone urbaine.

A.N

Sauf autorisation de la rédaction ou partenariat pré-établi, la reprise des articles de linfodrome.com, même partielle, est strictement interdite. Tout contrevenant s’expose à des poursuites