Viol d’une fillette par son père : Un mouvement de femmes satisfait des premières arrestations

Publié le Modifié le
viol-d-une-fillette-par-son-pere-un-mouvement-de-femmes-satisfait-des-premieres-arrestations (Photo d'archives)
Faits divers

«Nous sommes heureux qu’il y ait un début de justice après le viol de la jeune fille de 14 ans par son père. Certains ont vite fait croire qu’ils avaient la justice ivoirienne à leurs pieds, mais ils se sont rendu compte de leurs illusions. Que les coupables soient sévèrement punis par la loi ».

Ces mots sont ceux de Koné Mame, présidente du Mouvement des femmes africaines pour l’éveil des consciences (Mofapec), qui a contacté notre Rédaction par téléphone le week-end dernier. Elle qui a porté les faits infamants de viol d’une fille de 14 ans par son père sur la place publique le 1er juillet dernier.

Certes, El Mohamed Ali, le père incestueux, et son complice Ali Sabrahoui qui ont fait l’objet de mandat de dépôt sont des présumés innocents, mais pour la présidente de Mofapec, il est important que le droit soit dit et que la loi soit appliquée dans toute sa rigueur aux coupables.

Poursuivant, la présidente Koné indique que, El Mohamed est un récidiviste qui n’est pas à son premier forfait. En 2002, a-t-elle rappelé, celui-ci a été condamné par le tribunal de première instance d’Abidjan pour viol sur mineur ; notamment sur la nounou de sa fille à cette époque-là. «Curieusement, El Mohamed Ali s’est retrouvé en liberté le lendemain de son interpellation suite à une intervention malsaine d’un certain Sabrahoui », a-t-elle déploré.

Toutefois, dame Koné regrette que les frères Jaffar Saïd et Hamed Saïd qui n’ont rien à voir dans ce viol soient injustement incarcérés dans le cadre de cette affaire. «Que les frères Saïd soient entendus au plus vite ; car, un jour d’emprisonnement équivaut à 1000 jours pour un innocent », a-t-elle plaidé notamment.

G. DE GNAMIEN

Sauf autorisation de la rédaction ou partenariat pré-établi, la reprise des articles de linfodrome.com, même partielle, est strictement interdite. Tout contrevenant s’expose à des poursuites

G de Gnamien
Voir ses articles