Aboisso : sinistre

Le domicile d'un enseignant dévasté par un grave incendie

Publié le Modifié le
le-domicile-d-un-enseignant-devaste-par-un-grave-incendie Si le pauvre enseignant et les siens ont pu sauver leur peau, reste que pour eux, tout est quasiment à refaire. (Photo d'archives pour illustrer l'article)
Faits divers

Kouassi Koffi Noël, directeur de l’École primaire publique Municipalité 1 d’Aboisso, est un homme courageux. Quelques heures après l’incendie qui a ravagé son domicile qu’il occupe depuis 13 ans, au quartier Rive-gauche à Aboisso, il continuait de louer le Seigneur pour avoir épargné sa vie, celle de sa femme, leurs quatre enfants et son protégé.

Vu les circonstances du drame, il y a des raisons d’affirmer que l’enseignant et les siens reviennent de loin. De quoi s’agit ? Selon l'éducateur, il était endormi, lorsqu’il est réveillé par une forte chaleur. Il remarque alors que son brasseur qui le souffle, est à l'arrêt. Et il n'y a plus d'électricité dans la maison.

Pour savoir s'il s'agit d'une coupure générale d’électricité dans le quartier, il ouvre sa fenêtre et jette un coup d’œil dehors. Mais il constate que l’éclairage public de son quartier fonctionne à merveille. Dès cet instant, il se dit que son disjoncteur a dû sauter et il faut donc aller voir de plus près. Et là, lorsqu’il ouvre la porte de sa chambre, la scène qui se produit sous ses yeux, est terrible. « C’est comme si je me trouvais dans une centrale thermique », dit-il. C’est que tout son salon est en feu. Du plafond et de la toiture incandescents, se dégageait une fumée aveuglante et suffocante.

Mais Kouassi Koffi Noël ne recule pour autant pas. Il s’arme de courage, coupe sa respiration, traverse les flammes et parvient à ouvrir la porte du salon, avant de se retrouver dehors. Une fois là, il lance des cris de détresse. Ses voisins se réveillent et dans un élan de solidarité, volent à son secours. Ces derniers l'aident à sauver sa famille et à éteindre les flammes. Mais la maison était déjà dévastée. Le pauvre et les siens sont désormais réduits à l'état de sinistrés.

J.Bédel (Correspondant régional)

Sauf autorisation de la rédaction ou partenariat pré-établi, la reprise des articles de linfodrome.com, même partielle, est strictement interdite. Tout contrevenant s’expose à des poursuites