Bangolo/ Un mari taillade sa femme à la machette

Faits divers
Publié le Source : Soir info
bangolo-un-mari-taillade-sa-femme-a-la-machette (Photo d'archives pour illustrer l'article)

Une simple incompréhension dans le foyer, qui finit dans le sang. C'est la triste histoire qui s'est produite à Guiry, village du département de Bangolo.

C'était le mardi 08 septembre 2015. Les acteurs de la macabre scène, sont Douéyé Séraphin et sa victime Goulia Bah Brigitte, qui n'est autre que sa propre femme. Mais comment une idylle qui dure depuis six ans, avec à la clé deux gosses, peut-elle laisser la place à un agissement bestial ? Nos sources donnent quelques éclairages. Il revient donc que ce mardi-là, il est environ 17h, quand Séraphin, apparemment éméché, rentre à son domicile. Et tout de suite, il affiche une drôle de façon de s'annoncer, en lançant des injures. Ce qui irrite son épouse Goulia Bah Brigitte qui tout de même, garde son calme. Puis, s'approchant de son homme, elle veut savoir les raisons de sa colère. Mais pour toute réponse, son mari qui n'a que le feu à la bouche, continue de débiter des insanités avec beaucoup plus de teneur. La femme revient à la charge, en tentant toujours de comprendre le bien-fondé du comportement de son époux. Malheur. Cette fois, son mari usant de sa machette, lui porte de violents coups. Les cris de détresse, alertent les voisins, qui volent au secours de Brigitte. La dame grièvement blessée, est immédiatement évacuée au dispensaire du village de Diourouzon, non loin de là. Quant à son époux, il prend la tangente et va se réfugier dans la broussaille. Il voulait ainsi échapper à la vendetta de personnes qui ont investi son domicile, avec la nette intention de lui faire payer les conséquences de son acte sauvage. En définitive, il échappe à un bien triste sort. Brigitte dont la vie, dit-on, est hors de danger, est pour sa part, rentrée à Gloplou, son village natal.

Ibrahim. BAKOULE ( Correspondant régional)

Sauf autorisation de la rédaction ou partenariat pré-établi, la reprise des articles de linfodrome.com, même partielle, est strictement interdite. Tout contrevenant s’expose à des poursuites