Riviera: Un client drogue des vendeuses dans une quincaillerie et emporte leur recette

Publié le Modifié le
riviera-un-client-drogue-des-vendeuses-dans-une-quincaillerie-et-emporte-leur-recette (Photo d'archives pour illustrer l'article)
Faits divers

A quel procédé sordide les bandits n'auraient-ils pas recours, pour parvenir à leurs fins ? En tout cas, l'un de ces sombres individus a fait valoir une de ces détonantes astuces pour assurer le succès de son coup.

C'est à la Riviéra, le lundi 21 septembre 2015, que les faits ont eu lieu. En effet, nos sources rapportent que, fonctionnaire de son état, A.B. n'est pas de ces travailleurs qui se contentent de leur seul salaire. Pour arrondir ses fins de mois, l'homme s'est offert une quincaillerie. Et les choses semblent très bien se passer pour lui. Alors, le lundi 21 septembre 2015, comme il le fait quand il en a le temps, A.B., dans l'après-midi, se rend à sa quincaillerie. Le temps pour lui de s'enquérir auprès de ses employées, de l'avancée des choses.

Mais lorsqu'il pénètre dans le commerce, il est abasourdi par ce qu'il voit. Ses deux employées, deux jeunes filles répondant aux initiales de G.P. et de S.D., sont complètement dans le « brouillard ». Les pauvres pioncent comme des loirs. Et leur sommeil semble comateux. Le patron aura beau les secouer, les deux jeunes filles ne sortent toujours pas de leur état. Il n'y a tout de même pas de mouche tsé-tsé ici, pour qu'on soupçonne la maladie du sommeil, comme étant le mal dont elles sont frappées. En tout cas, leur état est sérieux. Le fonctionnaire en prend conscience, et il alerte les services compétents.

Ainsi, le Samu et les sapeurs-pompiers débarquent sur place, les instants d'après. Soumises à des soins intensifs, les deux vendeuses finissent par sortir de leur profond sommeil. Après examen, les praticiens notent qu'elles ont tout simplement été droguées. Et lorsque G.P. et S.D. retrouvent leur sens, on se rend à l'évidence, qu'elles ont été effectivement droguées. A les en croire, elles sont tranquillement à leur poste, quand arrive un homme. Ce dernier leur dit être là pour attendre son patron qui va passer une importante commande d'articles à la quincaillerie. Les deux jeunes filles, bien entendu, sont heureuses. Le contenu de la caisse, devant prendre du relief. Et ce client, dans l'attente du patron, engage une causerie amicale avec elles. L'homme est si aimable et sympathique qu'elles bottent naïvement en touche toute mesure de prudence.

De longues minutes plus tard, le client s'excuse auprès d'elles pour une absence momentanée. Peu après, le voilà de retour avec deux pots de yaourt qu'il leur offre. G.P. et S.D. soutiennent que juste après avoir consommé le yaourt, elles ont commencé à avoir la tête qui tourne. Tout est flou devant elles. Et puis, plus rien. Le faux client qui vient de réussir son coup, en profite pour s'emparer du contenu de la caisse. Puis il fait également main basse sur les sacs à main des deux employées, et prend la tangente.

La police, saisie, a procédé au constat d'usage. Des recherches sont en cours pour retrouver le malfrat au mode opératoire, des plus singuliers.

Madeleine TANOU

Sauf autorisation de la rédaction ou partenariat pré-établi, la reprise des articles de linfodrome.com, même partielle, est strictement interdite. Tout contrevenant s’expose à des poursuites

Madeleine Tanou
Voir ses articles