Tribunal militaire d'Abidjan: Un gendarme prend 4 ans pour viol

Faits divers
Publié le Source : L'inter
tribunal-militaire-d-abidjan-un-gendarme-prend-4-ans-pour-viol (Photo d'archive pour illustrer l'article)

4 ans de prison ferme pour le Maréchal des logis (Mdl) Dacoury Bedji. Ce sous-officier de la gendarmerie en fonction au camp commando de Koumassi a été reconnu coupable des faits de viol sur Mlle M.R. par le tribunal militaire d'Abidjan sis au Plateau.

Le juge a rendu son verdict le jeudi 10 décembre dernier. Sa victime a affirmé avoir été violée par le gendarme suite à un contrôle de papier le 4 avril dernier. « Juste parce que je n'avais pas mes pièces et 20 000 Fcfa, il a abusé de moi », a-t-elle déclaré. Pour sa défense, le gendarme a dit ne pas se reconnaître dans les accusations portées contre lui. « Je ne lui ai rien fait. J'ai juste contrôlé ses papiers », a-t-il affirmé. Le tribunal ne l'as pas suivi et lui a appliqué une peine d’emprisonnement de 4 ans. Quant à Soro Adama, marin de son état, il est accusé d'avoir violé Mlle T.M. le 23 octobre 2015. Le marin qui a dit être en mission ce jour-là, a clamé son innocence. «Je suis victime d’un coup monté. Je ne lui ai rien fait. C’est un coup monté de mon meilleur ami Koné Idrissa, qui est son copain», a lancé l'accusé. Mais T.M., la victime présumée, a expliqué que le marin et elle se sont rendus dans un bar de la commune d'Adjamé à 14 heures pour attendre la femme de ce dernier pour aller faire des courses. Aux environs de 18 heures, elle dit avoir perdu connaissance après avoir fini son dernier verre. «Je ne me souviens de rien je me suis réveillée toute nue à côté de lui, dans une chambre d’hôtel », a ajouté la victime. Pour le commissaire Ange Kessi, Soro Adama a commis un acte infâme. L'affaire a été ramenée au tribunal civil car le juge estime que le parquet n'était pas compétent.

Celia KUDAWO (Stg)

Sauf autorisation de la rédaction ou partenariat pré-établi, la reprise des articles de linfodrome.com, même partielle, est strictement interdite. Tout contrevenant s’expose à des poursuites