Akoupé/ Un domicile attaqué: la femme abattue, le mari blessé

Publié le Modifié le
akoupe-un-domicile-attaque-la-femme-abattue-le-mari-blesse (Photo d'archives pour illustrer l'article)
Faits divers

Dans la nuit du vendredi 29 au samedi 30 janvier 2016, une bande armée a lancé un assaut contre un domicile à Bacon, village situé à 3 Km d’Akoupé, le chef-lieu de département.

Un assaut qui a coûté la vie à dame Anon Affoué Jeanne, l’épouse du maître des lieux qu’est le planteur N’Guia Aholia. Nos sources qui rapportent l'information, soutiennent que cette nuit-là, le couple va participer à une veillée funèbre, organisée en la mémoire d’un parent décédé. Plus tard, il est environ 4h du matin, quand N’Guia Aholia et son épouse se retirent des lieux, pour regagner leur domicile. Domicile situé au quartier nord du gros village, à 150 mètres environ des lieux des funérailles, d’où ils viennent de partir. Mais à peine sont-ils couchés, que la porte de l’entrée principale de leur maison est fracassée par un objet lourd. Probablement une brique. Mais que se passe-t-il? La réponse à cette question, le vieux planteur et sa femme l’auront dans la présence, en face d’eux, de cinq individus, tous armés de kalachnikovs. Sans autre forme de procès, l’un des assaillants ouvre le feu. Abattant sur le champ, dame Anon Affoué. Cette fois, les malfaiteurs visent l’homme et tirent. Mais curieusement, le planteur n’est guère atteint. Une autre tentative échoue. Les criminels en proie à la panique, croient avoir affaire à un sorcier. Et là, ils font recours à un gourdin, pour battre le vieil homme. Le blessant à la tête. Le vieux N’Guia supplie les gangsters de ne pas le tuer également, après l’avoir déjà rendu veuf. Puis, il leur tend toutes ses économies. A savoir, la somme de 70 000 F Cfa. Les tueurs qui redeviennent un peu plus humains, prennent le pognon et quittent les lieux. Rapidement, la nouvelle du drame s’empare de tout le village, qui est alors totalement en émoi. Alertés, les éléments de la police se déportent tôt le matin sur le lieu du crime, pour le constat d’usage. Leur enquête est en cours, en vue d’arrêter les tueurs.

R.D.EMATSE (Correspondant régional)

Sauf autorisation de la rédaction ou partenariat pré-établi, la reprise des articles de linfodrome.com, même partielle, est strictement interdite. Tout contrevenant s’expose à des poursuites