Les populations se soulèvent et incendient la Brigade de gendarmerie

Publié le Modifié le
les-populations-se-soulevent-et-incendient-la-brigade-de-gendarmerie La brigade de gendarmerie de Vavoua n'existe que de nom aujourd'hui (Ph d'Archives)
Faits divers

Après la ville de Bouna (603 km au nord-est d’Abidjan), la localité de Vavoua (439 km au nord-ouest d’Abidjan) va-t-elle basculer dans la violence ?

Mercredi 30 mars 2016, ce sont des centaines d’individus en colère et munis d’armes blanches et de gourdins, qui ont pris d’assaut la Brigade de gendarmerie de la ville. Selon des sources sécuritaires, cette horde de population en furie, a pris le contrôle d’une partie de la Brigade de gendarmerie. Des meneurs ont brisé des vitres de la bâtisse, avant de mettre le feu à deux bureaux. Des gendarmes présents, surpris par ce déferlement humain, ont pris la fuite, et se sont réfugiés pour certains, dans le bureau du commandant de Brigade. Les chefs de sécurité de la région, informés de la situation, ont envoyé du renfort, essentiellement des gendarmes de la ville de Daloa, située à 57 km de Vavoua. Au moment où nous mettions sous presse, ces importants renforts n’avaient pas encore rétabli le calme. En tout cas, la situation était encore confuse, et les commerces n’avaient pas encore rouverts, ont relaté les mêmes sources. Cette montée de la violence trouve son origine dans la volonté des émeutiers d'obtenir la libération, par tous les moyens, de deux individus gardés à vue à la Brigade de gendarmerie et qui sont suspectés dans la présumée mort d’un conducteur de moto-taxi. C'est qu'il y a quelques jours, ces suspects auraient pris en course à Vavoua, pour une bourgade, le conducteur de moto-taxi qui aurait disparu par la suite. Ces individus, appréhendés et accusés d’être à l’origine de la disparition du conducteur de moto-taxi, ont été conduits, depuis quelques jours, à la Brigade par les collègues de la supposée victime. Mais ce mercredi, l’attente a été considérée très longue par cette horde d’individus, qui s’est acharnée sur la Brigade, de gendarmerie en y mettant le feu. D’autres sources contactées, font état d’un suspect en garde à vue dans ladite Brigade, qui aurait été appréhendé dans le cadre de la même affaire. Elles avancent avoir observé des patrouilles dans la ville de Vavoua. En attendant le bilan officiel de cette expédition, des dégâts matériels étaient visibles après le passage des émeutiers.

M’BRA Konan

Sauf autorisation de la rédaction ou partenariat pré-établi, la reprise des articles de linfodrome.com, même partielle, est strictement interdite. Tout contrevenant s’expose à des poursuites.