Bangolo: Un couple fait assassiner son employé

Publié le Modifié le
bangolo-un-couple-fait-assassiner-son-employe (Photo d'archives)
Faits divers

Quatre individus que sont Nimé Samuel dit Samy, Poho Franck Pacôme dit Bailly, Djinon Alexandrine et son époux Dabo Blaise, en cavale depuis quatre ans, ne respirent plus l’air de la liberté.

Soupçonnés de l'assassinat de Dion Armand, un ouvrier agricole, ils croupissent désormais à la prison civile de Man depuis le mardi 21 juin 2016.

De quoi s’agit-il ? Selon nos sources, c’est en 2009 que Djinon Alexandrine et son époux Dabo Blaise font la connaissance de Dion Armand à Logoualé. A celui-ci, le couple propose un poste de manœuvre agricole sur sa parcelle de forêt de 4 ha. Le contrat qui lie les deux parties stipule qu’une fois en production, la moitié de la parcelle, soit 2 ha, doit revenir à l'employé qui aura fait tout le boulot. Le marché ainsi conclu, Dabo Blaise retourne à son lieu de travail à Guiglo. Sa femme Alexandrine et le manœuvre Armand regagnent le village de Séba, dans la commune de Bangolo où se trouve la portion de forêt.

Trois (3) années passent, soit en 2012 et les plantes sont maintenant arrivées à production. C’est également le temps du partage entre les parties, comme le stipule le contrat passé. Mais au lieu de cela, Alexandrine impose à Armand de lui verser de l'argent, en contrepartie de la parcelle que son mari et elle restaient pourtant devoir à son interlocuteur. Et cela, en violation totale du contrat. Le jeune homme de 26 ans oppose un refus catégorique, avant d'informer ses parents vivant à Logoualé, de ce que ses employeurs n'accordent plus, eux-mêmes, du crédit à leur parole. Devant cette situation, ses géniteurs saisissent à leur tour, les autorités coutumières de Séba, pour que la parcelle de leur fils lui soit restituée. Le couple est alors interpellé et sommé de respecter les clauses du contrat. Niet, répondent Alexandrine et son mari. Éclate alors un conflit entre les deux parties.

Sans le savoir, le pauvre Armand vient de signer son arrêt de mort. De fait, se trouvant dans une très mauvaise posture, dans cette affaire, le couple décide alors d'un plan, en vue d'éliminer physiquement son employé. Et pour mettre à exécution le plan machiavélique, Blaise et sa femme font appel aux lugubres services de Nimé Samuel et Poho Franck, deux sombres individus réputés dans la zone, pour être des exécutants de sales boulots. Et pour ce job, ils perçoivent la somme de deux millions de F Cfa. Le jour des faits, le manœuvre qui ne se soucie de rien, se rend à la plantation, pour y extraire du vin de palme. Il y est rejoint par Poho Franck et Nimé Samuel qui, de sang froid, l'abattent à l'arme à feu.

Le maquillage du crime

Une fois leur sale besogne accomplie, les deux assassins traînent le corps de leur victime dans un champ. Là, ils abattent un arbre qu'ils orientent sur le cadavre. De sorte à faire croire à la thèse d'un accident. Après quoi, ils s’évanouissent dans la nature.

La nouvelle de la découverte du cadavre parvient très rapidement à l’adjudant-chef Kambiré Koumbou, commandant de la brigade de gendarmerie de Bangolo. Lui et ses éléments se rendent sur les lieux de la découverte. Et au cours de leur constat, ils remarquent de véritables anomalies, pour un accident évoqué. C'est que le corps porte un impact de balle. Une enquête est donc aussitôt ouverte, en vue d'élucider cette affaire. Et s'appuyant sur le conflit avec leur manœuvre découvert tué, les agents des forces de l'ordre interpellent Alexandrine et son époux.

Mais tous deux, jurent la main sur le cœur, ne rien à voir avec le crime. Alors, faute de preuves, ils sont remis en liberté. Un appel à témoin est alors lancé. C'est ainsi que de bonnes volontés confient aux gendarmes, avoir, aperçu le jour des faits, Nimé Samuel et Poho Franck se diriger vers la plantation objet de litige pour, disent-ils, abattre des arbres. Mais curieusement, depuis ce jour-là, ils ne sont visibles nulle part.

Entre temps, Djinon Alexandrine, suspectée, est de nouveau arrêtée et écrouée à la prison civile de Man. Mais sept mois plus tard, elle est encore remise en liberté, pour insuffisance de preuves. L’enquête, toutefois, ne s’arrête pas. Il faut absolument retrouver Nimé Samuel et Poho Franck sur qui pèsent de lourds soupçons et qui, comme par enchantement, ont disparu juste après le crime.

Le jeudi 16 juin 2016, après des années de recherche, ces derniers sont enfin appréhendés dans le village de Séba, où ils sont imprudemment retournés. Dans les locaux de la brigade gendarmerie où ils sont interrogés, les deux individus avouent le crime sans sourciller, avant d'en expliquer toutes les circonstances. Et là, ils se montrent « bavards », en dénonçant les commanditaires de l'assassinat qu'ils disent être Djinon Alexandrine et son conjoint Dabo Blaise. Le couple est à son tour arrêté et n'a plus les arguments de s'en sortir.

Tous les quatre au frais, au mitard à Man, l'âme de Dion Armand, leur victime, peut désormais reposer en paix. Dans le dénouement de cette bien triste affaire, il faut vraiment saluer la perspicacité du commandant de la brigade de gendarmerie de Bangolo et ses éléments.

Ibrahim BAKOULE ( Correspondant régional)

Sauf autorisation de la rédaction ou partenariat pré-établi, la reprise des articles de linfodrome.com, même partielle, est strictement interdite. Tout contrevenant s’expose à des poursuites.