Yamoussoukro : Un voyageur tue le chef de gare et blesse grièvement un autre employé

Faits divers
Publié le Source : Linfodrome
yamoussoukro-un-voyageur-tue-le-chef-de-gare-et-blesse-grievement-un-autre-employe (Photo d'archives pour illustrer l'article)

Les usagers de la compagnie de transport «Tsr» de Yamoussoukro ne reverront plus jamais vivant Sawadogo Salam, le chef de cette gare routière, qui assure la liaison Yamoussoukro-Burkina Faso.

Cet homme né il y a 65 ans a été tué, le vendredi 9 septembre 2016, par un voyageur répondant au nom de Zida Jean-Baptiste, la cinquantaine révolue.

Sur les faits, des sources expliquent que dans la nuit du jeudi 8 septembre 2016, le nommé Zida Jean-Baptiste, planteur à «Djahakro», localité située non loin de Gonaté, dans le département de Daloa, arrive du Burkina-Faso, son pays natal, avec femme et ses enfants. Tous passent la nuit sur place, à la gare, en attendant de poursuivre le voyage le lendemain, pour « Djahakro ».

Mais aux alentours de 8h, le lendemain vendredi 9 septembre, contre toute attente, le voyageur se saisit d’un poignard et le plante dans l’épaule gauche de Zida Adama, l'un des chargeurs de la compagnie de transport qui se rendait aux toilettes. Le malheureux s'affaisse, non sans hurler de douleur.

Alerté, Sawadogo Salam, en sa qualité de chef de ladite gare routière, sort de son bureau en vue d'aller aux nouvelles. Mais il ne va pas prospérer dans sa démarche. Il est violemment pris à partie par le forcené Zida Jean-Baptiste qui, de son arme blanche, lui assène plusieurs coups. Le sexagénaire s’écroule, le corps couvert de sang. Et grièvement blessé, il rend l'âme sans que personne n'ait eu le temps de l'évacuer à l'hôpital.

Non content d'avoir blessé un employé de la compagnie de transport et tué un autre, le voyageur insolite tente de s’en prendre à d’autres personnes. Cette fois, il est maîtrisé par les nombreux badauds. Ces derniers, en colère, se déchaînent contre lui, en le passant à tabac. C’est presqu'agonisant qu'il est évacué aux urgences du Chr par les sapeurs-pompiers militaires. Mais au centre hospitalier, il rend l'âme, avant même de recevoir les tous premiers soins.

Notons que les éléments du commissaire Félix Bléakéwa du 2è arrondissement de police, conduits par le lieutenant Alla, se sont rendus sur place pour les différents constats d'usage. Une enquête est à présent en cours, en vue de déterminer toutes les circonstances de cette sordide histoire. Au moment où nous mettons sous presse, la femme du tueur tué était en pleine audition à la police. En attendant que toute la vérité éclate, les commentaires vont bon train. Quant aux proches et amis du vieux Sawadogo Salam, ils sont inconsolables. Lui qui n'a pas eu la chance de son jeune collègue Zida Adama, dont la vie, dit-on, est hors de danger.

Camille SIABA (Correspondant régional)

Sauf autorisation de la rédaction ou partenariat pré-établi, la reprise des articles de linfodrome.com, même partielle, est strictement interdite. Tout contrevenant s’expose à des poursuites.