Alépé/ Nouveaux tarifs de transport: Violent affrontement entre syndicat de transporteurs et usagers

Faits divers
Publié le Source : Soir info
alepe-nouveaux-tarifs-de-transport-violent-affrontement-entre-syndicat-de-transporteurs-et-usagers Les consommateurs d’Alépé ont croisé le fer avec un groupe de syndicat de transporteurs (Photo Archives)

C’était chaud le mercredi 5 octobre 2016, à Alépé, 44 km à l’Est d’Abidjan. Le bilan des affrontements qui s'y sont déroulés, fait état d’au moins cinq personnes blessées et des hangars détruits.

Le canton Lépin a été le théâtre d’un affrontement entre l’association des consommateurs et voyageurs d’Alépé (Acova) et un groupe de syndicalistes du milieu du transport, venu d’Abidjan.

A l’origine, à en croire les témoignages reçus, la non application de la baisse du coût du transport, annoncée par le ministre des transports. C’est que le transport Abidjan- Ahoutoué, petit-Alépé, Grand-Alépé est de 1000 Fcfa. L’Acova, maintes fois, a rencontré les responsables des syndicats du transport d’Alépé, afin que ceux-ci baissent d’au moins 100 F, le prix du transport, comme annoncé par le ministre des transports, Gaoussou Touré. A cette demande, les syndicats ont opposé une fin de non recevoir. C’est ainsi que, le lundi 3 octobre 2016, les membres de la Codeva ont décidé d’entamer une manifestation d’humeur, en obstruant la voie principale Abidjan-Alépé aux véhicules de transport en commun.

Des barrages ont été érigés à chaque village et grand carrefour. Si les choses se sont bien passées les deux premiers jours, ça n'a pas été le cas mercredi. C’est que, peu après 8h, un gbaka chargé d’hommes robustes, parvient à Ahoutoué. Là, les occupants mettent pied à terre, et commencent à dégager les barrages sans autre forme de politesse. Les jeunes présents s’y opposent. Dès lors, il s’ensuit une bagarre rangée. Celle-ci gagne en intensité. Le reste du village est alerté. C’est la débandade. Des coups de feu sont entendus.

La gendarmerie d’Alépé, informée, arrive sur les lieux. Le mouvement de ‘’démantèlement’’ de barrages, gagne presque tout Alépé. Les usagers ne se laissent pas faire. C’est la ‘’la guerre’’ . Mais les gendarmes arrivent à apaiser les deux camps, après de dures négociations. Au moment où nous mettions sous presse, le calme était revenu mais les véhicules de transport en commun n’avaient pas repris le trafic.

Les blessés ont été conduits à l’hôpital général d’Alépé, en chirurgie, pour soins. Le chef du village d’Alépé, Ignace G., joint par téléphone, a décrié l’escroquerie des syndicats à la base de ce mouvement : « Il y a plus de 10 syndicats à notre gare et chacun veut manger. Même les tricycles sont rançonnés. C’est à cause de ces syndicats que le transport est cher. Le gouvernement doit faire quelque chose ». Un chauffeur de Gbaka de la ligne d’Alépé, joint également par téléphone, a déclaré : « Nous ne sommes pas concernés par cette décision du ministre. Est-ce que le carburant a baissé pour que nous, nous baissions nos prix ? ».

Jean-François YAPI (Correspondant)

Sauf autorisation de la rédaction ou partenariat pré-établi, la reprise des articles de linfodrome.ci, même partielle, est strictement interdite. Tout contrevenant s’expose à des poursuites.