Bouaké : Un gang dénommé ''La bande des six'' sème la terreur dans la ville

Publié le Modifié le
bouake-un-gang-denomme-la-bande-des-six-seme-la-terreur-dans-la-ville
Faits divers

Un gang de six ( 6) individus armés de kalachnikovs et de pistolets automatiques, attaque les domiciles à Bouaké, et détrousse ses victimes de biens. Il y a de cela un mois déjà, que ce gang qui se fait appeler « La bande des six », s'est assigné la triste mission d'empêcher les honnêtes citoyens de passer des nuits paisibles.

Pour ce faire, ces criminels lancent des assauts à travers différents quartiers de la commune. Entre autres, quartier Municipal, Tchèlèkro, Ahougnansou, N'Gattakro, où ils attaquent des domiciles, traumatisent les victimes et emportent leurs biens. Dans la nuit du jeudi 24 au vendredi 25 mai 2018, c'est un agent de la mairie de Bouaké qui recevra malheureusement à son domicile, au quartier Ahougnanssou-château, la visite de ces quidams.

Selon nos sources, l'agent communal, répondant aux initiales P. Y.O., qui dormait paisiblement avec sa femme et des enfants, est tiré de sommeil par un bruit suspect, à l’intérieur même de sa cour. Des bruits, en tout cas, d'escalade de clôture. Il est exactement 2h30'. Le pauvre comprend tout de suite que des malfaiteurs sont chez lui.

A lire aussi: Dabou / Un gang de violeurs arrêté ; plusieurs machettes, couteaux et treillis saisis

Alors, pour dissuader ces quidams, l'agent communal joue la carte de l'intimidation. Et à haute voix, depuis l'intérieur de sa piaule, il lance : « Je vous préviens que je suis armé. Et je vais tirer et abattre le premier qui va franchir la porte de ma maison ! », hurle-t-il. L'un des bandits, certain que ces menaces ne relèvent que du bluff, rétorque avec défiance : « Si tu es vraiment sûr que tu es armé, alors qu'est ce que tu attends pour tirer ? ».

Cette réplique, les gangsters l'accompagnent d'une action vigoureuse, en défonçant avec fracas la porte de l'entrée principale de la maison. Maison à l'intérieur de laquelle, ils pénètrent aussitôt. Voilà alors le pauvre P.Y.O. qui se retrouve face à six malfaiteurs armés de kalachnikovs. Ces scélérats lui intiment l'ordre de se coucher sur le dos. L'infortuné s'exécute. Sa femme et ses enfants sont, pour leur part, enfermés, séquestrés dans l'une des pièces de la maison.

Puis, les malfaiteurs reviennent à l'agent de mairie, qu'ils tabassent copieusement. Coups de tête mal ajustés, coups de pied maladroits dignes de disciples d'un piètre maître-karatéka. En tout cas, tout y passe. Une violence qu'ils expliquent par le fait que la victime a osé tenter de les intimider, en faisant croire qu'elle était en possession d’arguments de feu.

A relire: Auteurs de plusieurs attaques à main armée : Un féticheur et des membres de son gang arrêtés

Après s'être suffisamment « défoulés » sur le malheureux, les bandits placent cette fois, un couteau sur le ventre de P.Y.O ; menaçant de l'éventrer s'il s'avisait à ne pas leur montrer, l'endroit où il planque son argent. Plus d'une heure durant, « la bande des six » règne en maître sur les lieux. Quand le Ccdo arrive sur les lieux, il est déjà trop tard. Les bandits avaient terminé leur opération, et s'étaient déjà évaporés dans la nature.

Mal en point, l'agent de mairie a dû se retrouver, le matin, à l'hôpital, en vue de se faire administrer des soins. Les éléments des forces de l'ordre mènent en ce moment même, des recherches, en vue de retrouver et de mettre hors d'état de nuire, ces six gars nuisibles, qui sèment la terreur au sein des populations.

 

Ladji Abou SANOGO ( Correspondant régional)