Grand-Bassam/incendie dans un domicile: Une enseignante s'apprêtant à percevoir son rappel et son unique fille périssent dans les flammes

Faits divers
Publié le Source : Soir info
grand-bassam-incendie-dans-un-domicile-une-enseignante-s-appretant-a-percevoir-son-rappel-et-son-unique-fille-perissent-dans-les-flammes La police qui a pu procéder au constat d'usage, mène son enquête, dans le but d'appréhender tous les contours de cet incendie mortel

Dans la nuit du jeudi 29 au vendredi 30 août 2019, un incendie a ravagé la maison familiale des Vauboud, au quartier « Phare », à Grand-Bassam. Faisant deux morts.

En effet, informent nos sources, aux environs de 3 h du matin, l'incendie se déclare dans la maison. Précisément au salon de ce domicile. A cette heure de la nuit où le sommeil est généralement roi sur les occupants des logis, le feu a le temps de se répandre dans les différents compartiments de la maison.

Dans les trois chambres contiguës au salon, les habitants de la demeure sont prisonniers des flammes.

Alertés par leurs cris de détresse,  les populations environnantes prennent d’assaut la maison en feu. Certains de ces voisins qui ne peuvent pénétrer dans la maison avec ce gigantesque feu, s'emploient à l'aide d'objets lourds, à briser les murs, dans l'espoir d'évacuer les membres de la famille par les ouvertures ainsi faites.

Pendant ce temps,  dame Vauboud Christelle, institutrice à Transua et sa fille de 9 ans,  luttent contre la mort dans leur chambre noire de fumée. Ne pouvant sortir par la porte bloquée par les flammes, la pauvre enseignante s’agrippe à l'anti-vol de la fenêtre comme  ultime espoir d'échapper aux griffes de la mort.

Malheureusement, essoufflée dans ce combat perdu et  étouffée par la fumée abondamment inhalée, elle lâche prise. Puis, elle s'allonge près de sa pauvre fille qui elle, semblait déjà décédée par asphyxie. Lorsque l'on parvient à bout des flammes à l'aube, les deux sont découvertes mortes, l'une allongée près de l'autre.

Dans la famille éplorée, la tristesse est à son comble. L'institutrice constituant un réel espoir pour ses parents, de sortir de la précarité. «  Ma nièce devait percevoir le rappel de son salaire en cette nouvelle rentrée scolaire. A la veille de sa mort, elle m'a même confié qu’elle voulait acheter  un terrain pour bâtir une maison» raconte  la voix secouée de sanglots, l'oncle Vauboud Hyacinthe.

Notons que Vauboud Christelle  a succombé dans l’incendie avec sa fille Camara  Noura qui elle, devait goûter aux délices de l'avancement à l'enseignement secondaire. Vu qu'elle était admise à l'entrée en 6ème. Le terrible sort aura donc voulu, que la mère et la fille soient extirpées du monde des vivants, au moment où elles s’apprêtaient à changer de vie.

La police qui a pu procéder au constat d'usage, mène son enquête, dans le but d'appréhender tous les contours de cet incendie mortel.

Sosthène MABEA (Correspondant)