Affery: Un corps enterré, déterré et porté disparu

Publié le Modifié le
affery-un-corps-enterre-deterre-et-porte-disparu Le cercueil a été découvert sans corps.
Faits divers

L’affaire est presque sur toutes les lèvres, dans la petite commune d’Affery et les environs (région de La Mé). Le corps de l’octogénaire Komian N’guessan Joseph, inhumé, est porté disparu, quelques heures après sa mise en terre. Comment en est-on arrivé à cette situation ?

Selon les informations recueillies, le patriarche Komian N. Joseph, né en 1939, a contracté deux ‘’mariages’’. De ces unions conjugales, sont nés plusieurs enfants de mères évidemment différentes. Certains résident en Europe et d’autres au village et à Abidjan.

Quand vint l’annonce du décès de leur géniteur, ceux d’Abidjan décident d’organiser les obsèques, les 1er et 2 novembre 2019. Cette date ne rencontre pas l’adhésion de ceux vivant à l’étranger. Ceux-ci proposent le mois de décembre 2019, afin de leur permettre, nous rapporte-on, d’organiser des funérailles grandioses à celui qui leur a donné la vie. Dès lors, une crise s’installe. On s’invective et on se dispute sur la date d’enterrement. Nanan Beda Assi Emile, le chef du village d’Affery, est saisi de l’affaire. Sa notabilité et lui, après consultations, tranchent en faveur des enfants restés au pays. Les obsèques se déroulent donc aux dates indiquées.

L’octogénaire est alors conduit à sa dernière demeure, le samedi 2 novembre 2019, au cimetière d’Affery. Au moment où l’on pensait que Joseph pouvait s’offrir le repos éternel, des quidams, dans la nuit du samedi 2 au dimanche 3 novembre 2019, fracassent la tombe,mettent sens dessus dessous la sépulture, avant de disparaître avec le corps. La nouvelle de la profanation parvient au village.

C'est l'émoi et la consternation. Une enquête est ouverte par la gendarmerie, pour retrouver les profanateurs clandestins.

 

Jean-François YAPI

(Correspondant)

 

Jean-François YAPI
Voir ses articles