Williamsville/ Alors qu’il est en compagnie de ses frères: Des hommes à moto fauchent un jeune ferronnier et reviennent le tuer

Faits divers
Publié le Source : Soir info
williamsville-alors-qu-il-est-en-compagnie-de-ses-freres-des-hommes-a-moto-fauchent-un-jeune-ferronnier-et-reviennent-le-tuer Le jeune ferronnier a été sauvagement tué par des motocyclistes qui ont pris la fuite

2020 commence mal pour les parents, amis et connaissances de Kouassi Kouamé David, jeune ferronnier âgé de 24 ans. Il est décédé dans la nuit du dimanche 12 au lundi 13 janvier 2020, à la suite de son agression en pleine rue à Williamsville, par des jeunes à moto.

Comment comprendre que ce jeune sans problème, habitant la commune de Yopougon, se soit retrouvé à Williamsville où son destin a été scellé. En effet, comme la plupart des ressortissants des villes et villages de l’intérieur du pays résidant à Abidjan, des réunions communautaires sont organisées le premier dimanche du mois. La sous-préfecture de Laoudiba, à 35 km de Bondoukou sur l’axe de Bouna où est originaire Kouassi Kouamé David, ne fait pas exception à la règle. Sauf que les ressortissants de cette localité de la région du Boukani sont organisés en génération.

Après les fonctionnaires et les ‘’grands’’, les jeunes tiennent leur réunion mensuelle le deuxième dimanche. Pour le mois de janvier, c’est le dimanche 12. Tous les jeunes de Laoudiba se retrouvent à Adjamé forum, dans un établissement où ils définissent les objectifs de la jeunesse pour l’année 2020, avant de faire le point des cotisations. C’est dans une belle ambiance que tous convergent vers les 220 logements où une réception est organisée à leur honneur, après la rencontre.

Mais le nombre de personnes étant élevé, l’un des frères de David l’invite chez lui à Williamsville, pour un cocktail en famille. D’ailleurs, un autre frère se joint à eux. Ils prennent la direction de Williamsville. En route, ils s’entretiennent de façon familière, en évoquant plusieurs sujets. Alors qu’ils sont dans les rues de Williamsville, un bruit de pot d’échappement se fait entendre. L’un d’eux demande de se ranger pour ne pas subir le diktat des motocyclistes indisciplinés. Malgré les conseils suivis, un motocycliste, avec un passager dans son dos, vient faucher David qui est projeté au sol. Si les deux hommes à moto s’en sortent, ce n’est pas le cas de David qui est un peu étourdi après ce choc. Cela soulève la colère de ses frères et compagnons qui le signifient aux deux hommes à moto.

Ces derniers prennent en mal les reproches faits. Il s’en suit une chaude discussion qui aboutit à des échauffourées. David et ses deux frères sont vite débordés par le motocycliste et son passager qui reçoivent du renfort d’autres motocyclistes. À l’aide de bagues pointues sur les différents doigts, ils réussissent à blesser grièvement les deux frères de David à l’œil pour l’un, et l’oreille pour l’autre.

Quant à David qui s’est finalement retrouvé dans une position assise, après son choc, il reçoit un violent coup dans le fond de la nuque. Il se retrouve à nouveau au sol et presqu’inconscient. Les parents accourent et se saisissent de la moto comme preuve pour saisir les forces de l’ordre. Erreur ! Ils sont envahis par les propriétaires à la base de la bagarre ainsi que leurs camarades , parmi lesquels des ‘’microbes’’ (enfants en conflit avec la loi) et des repris de justice. Ces voyous arrachent la moto et disparaissent des rues de Williamsville.

Le cas de David étant préoccupant, il est conduit au Chu de Treichville où, malheureusement, il rend l’âme dans la nuit du dimanche 12 au lundi 13 janvier 2020, à la suite d’une hémorragie interne et d’une fracture. Sa dépouille est actuellement conservée à la morgue du Chu, en attendant l’organisation des funérailles qui devraient aboutir au transfert du corps et à l’inhumation dans la sous-préfecture de Laoudiba. En attendant, les familles éplorées font des pieds et des mains pour que justice soit rendue à Kouassi Kouamé David, qui a été lâchement tué par des individus qui sont dans la nature.

 

M’BRA Konan