Oumé: Deux dangereux bandits abattus par la gendarmerie

Publié le Modifié le
oume-deux-dangereux-bandits-abattus-par-la-gendarmerie Les deux bandits ne séviront plus.
Faits divers

Koni Soumaïla dit Nifa, chef de gang bien connu dans la région du Gôh, ne sévira plus. Auteur de plusieurs braquages et attaques à main armés de véhicules de transport de personnes et de marchandises, il a été abattu par des éléments de la gendarmerie le mercredi 04 mars 2020, lors d’un échange de tirs.

Ce bandit a été tué en même temps qu’un de ses complices, le nommé Nana Ousséni. La mort de ce gangster est un ouf de soulagement pour les populations de la région du Gôh qui ont souffert de ses méfaits. Selon des informations, Nifa avait été interpellé le 21 février 2019, après avoir abattu de sang-froid, trois passagers d’un mini-car à Oumé, lors d’un braquage. Présenté devant le tribunal, le malfrat a été relaxé pour insuffisance de preuves, du fait de la dextérité de son avocat. A Oumé, Guibéroua, Guépahouo, c’était la consternation et la colère à la l’annonce de sa relaxation tant, Nifa est connu de tous, pour être un bandit de grand chemin. Les chefs de la communauté burkinabé, dont il est issu, l’on a, à plusieurs reprises, supplié d’abandonner ce mauvais chemin. Nifa continuait de narguer la gendarmerie, impuissante, car n’arrivant pas à prendre l’individu la main dans le sac. Mais, ce mercredi 04 mars, les dieux de la pègre vont abandonner Koni Soumaïla. Aux environs de 17h30 ce jour-là, il est pris avec une arme, lors d’un contrôle de routine, sur l’axe Oumé-Guépahouo. Les éléments de la brigade de gendarmerie d’Oumé veulent mettre la main sur l’arsenal, et propose donc au gangster de montrer sa cache d’armes ainsi que ses complices. L’homme accepte de coopérer. Tous se donnent rendez-vous à un cimetière, à sept km de Guépahouo, où semble-t-il, les armes sont cachées. Pendant ce temps, Nifa a appelé ses complices avec son propre téléphone, au prétexte, qu’il  a pu échapper aux gendarmes. Mais le flair de gangster, permet aux complices de sentir que quelque chose se préparait contre eux. Aux environs de 19h30, ils arrivent tout de même et ouvrent aussitôt le feu, à la vue de Nifa. La riposte de la gendarmerie fera mouche, puisque, outre Koni Soumaïla, Nana Ousseni, 39 ans, lui aussi de nationalité burkinabé, sont mortellement atteints. Ils rendent l’âme sur le champ, quant au troisième bandit, il réussit à se fondre dans l’obscurité du cimetière. Partout dans la région, c’était le soulagement, aussi bien chez les forces de l’ordre, que chez la population. Un pistolet automatique Mab 15, un chargeur avec 14 munitions d’un pistolet de 09 mm et deux engins à deux roues, dont une (01) de marque Appach immatriculé 6333 JC 04 et un autre de marque KTM 50, ont été saisis par les gendarmes.

Abraham Sahié TOURE, Correspondant régional