Soubré : Un faux gendarme-commando arrêté, un drapeau de Côte d’Ivoire et plusieurs extraits de naissance saisis sur lui

Publié le Modifié le
soubre-un-faux-gendarme-commando-arrete-un-drapeau-de-cote-d-ivoire-et-plusieurs-extraits-de-naissance-saisis-sur-lui Photo d'illustration
Faits divers

Des gendarmes-commando rackettent et briment des populations dans la grande région de la Nawa (centre-ouest ivoirien). Les populations, qui avaient peur, commencent à se plaindre des agissements des ‘’hommes de la maréchaussée’’. Cela parvient aux vrais gendarmes qui tombent des nus puisque, nulle part, aucune mission de la hiérarchie n’a envoyé des gendarmes commando dans cette région. Que se passe-t-il donc ?

C’est ce que les éléments de la compagnie de Soubré tentent de voir, en ouvrant une enquête. Le vendredi 13 mars 2020 dans la soirée (21h), ils mettent le grappin sur le nommé N.U.S. Un habitant actif du village communal de Gbakalekpa. Ex-employé d’une entreprise locale, il s’est totalement ‘’reconverti’’ en agent de sécurité et précisément en gendarme-commando, un élément aguerri de ce corps d’élite. Avec un béret rouge, l’un des attributs de commando, un pistolet factice et des téléphones portables, l’homme parcours des localités ou dresse un ‘’barrage’’ d’observation sur les nombreuses pistes villageoises, à la recherche de pisteurs et d’opérateurs économiques venus acheter des produits de rente.

Ce ‘’gendarme-commando’’, qui veut passer entre les mailles de la vigilance, s’octroie plusieurs identités et une attestation de Bepc de la session 2017 qui lui ‘’aurait permis d’être gendarme’’. Si dans la journée, N.US est un gendarme-commando qui effectue des contrôles de routine moyennant de l’argent, la nuit tombée, à l’aide de son pistolet factice, il braque des individus qu’il a pris le temps de repérer. Le vendredi 13 mars 2020, dans cette soirée, alors qu’il s’apprêtait à attaquer une cible, le ‘’gendarme-commando’’ est maîtrisé par les vrais éléments de la maréchaussée de Soubré.

La perquisition à son domicile permet de saisir un pistolet factice, un béret rouge (commando) et un drapeau de Côte d’Ivoire. Il y avait également au domicile du ‘’mono’’, une carte nationale d’identité, deux attestations d'identité différentes lui appartenant, quatre (4) téléphones portables dont 2 fonctionnels. À cela s’ajoutent deux (2) extraits de naissance avec deux identités différentes, établis l'un à Lakota et l'autre à Divo, tous les deux lui appartenant avec les mêmes géniteurs, cinq (5) extraits de naissance appartenant à 5 personnes différentes et une collante de Bepc session du 30 juin 2017 falsifiée à son nom.

 

M’BRA Konan