Bangolo/ Vive tension dans un village: Un mort, l'habitation d'un féticheur saccagée et incendiée, sa famille exfiltrée

Publié le Modifié le
bangolo-vive-tension-dans-un-village-un-mort-l-habitation-d-un-feticheur-saccagee-et-incendiee-sa-famille-exfiltree Ce qui reste du domicile du féticheur après le passage des jeunes révoltés.
Faits divers

Guinglo-Zagna, village situé sur l'axe Bangolo-Duekoué, dans la commune de Bangolo, était à feu et à sang, dans la nuit du mardi 17 au mercredi 18 mars. On y a enregistré malheureusement un mort, une jeune femme. Le domicile d'un féticheur a été saccagé puis incendié. Qu'est ce qui a tout déclenché ? Tout est parti d'une altercation entre une jeune femme du nom de Gohi Henriette et son petit-frère du surnom d'Adjaro.

Dans la journée du mardi 17 mars, Gohi Henriette, chez l'une de ses cousines qui habite dans le même village, est alertée par des personnes qui lui annoncent que sa mère est en train de se faire tabasser par "Adjaro", son frère cadet. Elle court alors au domicile familial. Gohi Henriette est suivie par sa cousine et une grande foule. Lorsqu'elle débarque au domicile familial, elle découvre que sa mère, portant des blessures, est en sang. Pire, elle respire à peine.  En tout cas, la vieille femme est mal en point. L'état de sa génitrice met Henriette dans une colère noire.  Elle veut en découdre avec son frère qui, lui, prend la poudre d'escampette. Mais pourquoi sa mère a-t-elle subi un tel châtiment?  Les autres  membres de la famille répondent que T. Valentine, la copine d'"Adjaro" serait la pomme de discorde entre sa mère et lui. Selon ces sources, Adjaro n'accepterait pas que sa mère s'oppose à sa relation avec Valentine. Ce jour-là, n'acceptant plus les oppositions de sa mère, il a opté pour la bastonnade de celle-ci. Sur ces entrefaites, Henriette débarque chez Valentine qui réside au domicile de Téhé, un féticheur, son beau-frère. A la suite de leur altercation, les deux femmes en viennent aux mains. Téhéran, le féticheur intervient et chasse Henriette de chez lui. C'est ainsi qu'elle retourne chez elle. Mais une fois au domicile familial, la jeune femme sent des douleurs. Son décès est constaté, les heures qui suivent. Des jeunes de ce village se révoltent, débarquent chez Téhé le féticheur et saccagent tout. Ses biens sont brûlés. Le féticheur ne trouve son salut qu'en sortant par la fenêtre. Le reste de sa famille est séquestré. La gendarmerie intervient, rétablit le calme et exfiltre ceux-ci vers une autre destination. Mercredi, une atmosphère précaire de calme régnait dans ce village. En tout cas, la gendarmerie a ouvert une enquête pour comprendre les contours exacts de cette situation.

Ibrahim BAKOULE ( Correspondant régional du Guémon).