Agnibilékrou : Un marabout-escroc arrêté, après s'être fait piéger par une femme

Publié le
agnibilekrou-un-marabout-escroc-arrete-apres-s-etre-fait-pieger-par-une-femme Le malfrat a été chopé
Faits divers

Cinq (5) ans de prison assortis d’une amende de trois (03) millions de F Cfa. C’est la peine infligée le 8 avril dernier à un marabout, par le tribunal de 1ère instance d’Abengourou. A l’origine de cette décision de justice, une affaire d’arnaque. De quoi s’agit-il ?

Dans le courant du mois de mars dernier, un ouvrier de 29 ans prénommé Ferdinand, résidant à Abidjan, reçoit un coup de fil. Le numéro 52-57-90-20 qui s’affiche sur l’écran de son téléphone-portable, lui est inconnu. N’empêche, il décroche.

Au bout du fil, son interlocuteur décline son identité en informant qu’il est un célèbre marabout répondant au nom de Kouamé. Cela dit, il demande à Ferdinand s’il n’est pas intéressé par des sacrifices à faire pour améliorer son quotidien.

Ferdinand se rappelle justement que son père lui avait maintes fois recommandé de s’attacher les services d’un marabout, pour l’aider à mieux cerner son avenir et à maîtriser son destin. Il saute alors sur l’occasion. Il est partant pour l’offre de son interlocuteur.

Mais pour le travail, le marabout exige un mouton blanc, un cabri noir, un caméléon et la somme de 90 000 F Cfa. Ferdinand sacrifie à toutes ces exigences, en faisant un dépôt d'argent sur un compte mobile que le mystique lui communique.

Le 28 mars dernier, le marabout joint Ferdinand au téléphone et lui indique que le travail est achevé. A l’en croire, il s’agit d’un talisman que le jeune homme devra désormais porter constamment.

L'ouvrier qui, jusque-là, n’a jamais rencontré physiquement le mystique, est astreint à effectuer le déplacement jusqu’au cabinet de son marabout, pour récupérer son colis. Et c’est en ce moment, que le mystérieux Kouamé l’informe qu’il est dans un village du département de Koun-Fao. C’est au moins à 307 km dans le Gontougo, à l’Est de la Côte d’Ivoire.

L’ennui, c’est qu’en raison de la pandémie du Coronavirus, le gouvernement ivoirien, à cette période, avait annoncé l’isolement du grand Abidjan à partir du 30 mars. Il faut donc récupérer le talisman au plus vite.

Le lendemain dimanche 29 mars donc, Ferdinand saute dans un car de transport pour Koun-Fao en espérant retourner à Abidjan le même jour. Au passage, l’ouvrier demande à la prénommée Sandrine sa petite sœur qui elle, réside à Agnibilékrou, de l’accompagner.

Une fois à Koun-Fao, lorsque Ferdinand essaie de recontacter son marabout, il se rend compte qu’il est injoignable. Jusqu’à la tombée de la nuit, l’ouvrier et sa sœur restent à la gare routière où ils sont même obligés de passer la nuit. En désespoir de cause, ils replient sur Agnibilékrou au lever du jour.

Un peu plus tard, c’est Sandrine la sœur de Ferdinand qui cette fois, tente à partir de son téléphone à elle, de joindre le numéro du marabout. Et curieusement, elle réussit à l’avoir. Sandrine fait alors croire à l'oracle, qu’elle a détourné cinq (05) millions de F Cfa dans son entreprise et qu’elle souhaite que cette affaire soit traitée mystiquement pour qu’elle s’en sorte sans perdre de plumes.

Le mystique est intéressé par « l’affaire ». Après un long échange, il exige pour cette opération, un bœuf et 777 noix de cola. Le coût de sa prestation, il l'arrête à un ( 01) million de F Cfa. La jeune fille jouant le jeu, marque son accord.

Le marabout demande alors à sa nouvelle cliente, de le rejoindre à Prikro dans la zone de Daoukro où il réside. Mais Sandrine laisse croire au marabout, qu’elle ne peut pas se déplacer en raison de cette affaire de détournement qui l’oblige à se confiner. Elle demande alors à son marabout, de plutôt la retrouver à Agnibilékrou. Lui proposant même de rehausser sa main-d’œuvre à deux (02 millions de F Cfa.

Le cupide mais niais marabout n’hésite pas. Le 2 avril 2020, Sandrine le reçoit à Agnibilékrou dans un kiosque à café. Ce qu’il ignore, c’est que les forces de sécurité alertées, ont bouclé le secteur. Le marabout qui, en réalité répond au nom de Ehoura Kouassi Siriki, 36 ans, est arrêté. La suite pour le pseudo-marabout, est amère. Il ira réfléchir en taule pour cinq (05) ans.

Malheureusement, Ferdinand quant à lui, reste bloqué à l’intérieur du pays, au regard des mesures de lutte contre le Coronavirus. Les différentes entrées d’Abidjan, étant désormais fermées.

Zéphirin NANGO (Correspondant régional)