Abidjan

Yopougon Ananeraie : Sa maitresse meurt dans ses bras à l’hôtel, l’homme marié s’enfuit et se fait épingler par la police un an plus tard

Publié le Modifié le
yopougon-ananeraie-sa-maitresse-meurt-dans-ses-bras-a-l-hotel-l-homme-marie-s-enfuit-et-se-fait-epingler-par-la-police-un-an-plus-tard HT a été épinglé par la police criminelle après un an de cavale (Ph d'archives)
Faits divers

En septembre 2019, HT, un homme marié, s’est retrouvé avec sa maitresse dans un hôtel à Yopougon Ananeraie. Au cours de la montée au 7ème ciel, la femme est malheureusement décédée. L’homme a pris la tangente sans crier gare avant d’être interpellé, le lundi 19 octobre 2020, par la police criminelle, à la suite d’un fait banal.

HT serait encore un homme peinard si son fils âgé de 16 ans n’avait pas fait une fugue le dimanche 11 octobre 2020. Mais depuis le depuis le mardi 19 octobre 2020, il est incarcéré à la Maison d’arrêt et de correction d'Abidjan (Maca) pour « délit de fuite ». Il lui est reproché le fait de n’avoir pas secouru sa maitresse qui était en train de mourir.

Selon « Allo Police » qui rapporte les faits, en septembre 2019, HT, un homme marié, se retrouve dans un hôtel à Yopougon Ananeraie pour passer de bons moments avec son amante. Mais alors que les deux amoureux passent aux choses sérieuses, la maîtresse, ivre de plaisir, est prise d’un malaise. Les instants qui suivent, elle rend l’âme. Paniqué, l’homme ne sait à quel saint se vouer. Finalement, il sort discrètement de la chambre d’hôtel, non sans emporter le téléphone portable de sa maitresse.

Des heures passent et le gérant de l’hôtel ne voit pas monsieur et madame ressortir de la chambre. Finalement, il se résout à aller tambouriner à la porte. Mais quelle ne fut sa surprise de constater que la porte n’est pas fermée à clé. En y jetant un coup d’œil, il découvre la dame étendue sur le lit. Après avoir essayé de la réveiller, il finira par comprendre qu’elle est décédée.

Alertée, la police est arrivée sur les lieux où elle n’a aucune nouvelle de l’amant de la défunte qui aurait pu leur donner des informations sur les circonstances du drame. La seule chose que les flics reçoivent du gérant et qui est susceptible de les aider à retrouver l’amant en fuite, n’est que son numéro de téléphone portable. Malheureusement, l’homme n’est plus joignable depuis son départ en catimini de l’hôtel. Même avec l’aide de l’opérateur mobile auquel il est abonné, les recherches restent infructueuses.

On en est là, quand le mardi 13 octobre 2020, HT se présente dans les locaux de la police criminelle pour signaler la disparition de son fils âgé de 16 ans. Aux policiers, il explique que son garçon a fait une figue depuis deux jours. Avant de quitter les locaux de la police criminelle, l’agent qui a enregistré sa déposition lui demande son numéro de téléphone portable pour le joindre s’ils ont des nouvelles concernant son fils disparu. Mais quelle ne fut sa surprise de remarquer que ce numéro correspond à celui de l’homme qui a disparu de l’hôtel après le décès de sa maitresse. Il alerte alors ses collègues qui pressent HT de questions. Après avoir nié les faits et juré de ne pas connaitre la défunte, il finit par craquer et tout avouer.

Arrêté le lundi 19 octobre 2020, il a été conduit à la Maison d’arrêt et de correction d’Abidjan. En plus, ce qu’il a caché pendant plus d’un an à son épouse est désormais connu de tous. Un gros drap en plus de la prison !

 

Adolphe Angoua

Sauf autorisation de la rédaction ou partenariat pré-établi, la reprise des articles de linfodrome.com, même partielle, est strictement interdite. Tout contrevenant s’expose à des poursuites.