Soubré : Fusillade entre gendarmes et hommes armés, un mort, une arme de guerre et plusieurs dizaines de munitions saisies

Publié le
soubre-fusillade-entre-gendarmes-et-hommes-armes-un-mort-une-arme-de-guerre-et-plusieurs-dizaines-de-munitions-saisies Les hommes de la maréchaussée n’ont pas tort de s’apprêter.
Faits divers

Chaque vendredi, la localité d’Okrouyo, grosse bourgade située à 27 km de Soubré (Centre-Ouest ivoirien), grouille de monde. C’est jour de marché. Les populations et les commerçants de cette localité, tout comme ceux de Babaieroua et Kpada, à 12 km avant, et ceux de Déguyo, à 7 km après, se retrouvent à Okrouyo sur un vaste espace réservé pour la circonstance.

Ce déplacement de populations attire, malheureusement, des coupeurs de route et des bandits de grand chemin qui, quelquefois, délestent les commerçants, avant même cette grande foire à Okrouyo. Sinon, ces malfrats attendent patiemment la tombée de la nuit pour dépouiller les commerçants et les populations de leurs recettes et biens, sous la menace de leurs armes. Cette insécurité installée autour d’Okrouyo parvient à la gendarmerie de Soubré, qui organise des battues régulières. Le vendredi 28 mai 2021, les populations et les commerçants, comme à l’accoutumée, descendent sur Okrouyo.

Après les échanges, des commerçants, qui ont fait de bonnes affaires, s’organisent pour repartir dans leurs localités respectives. Mais, certains ont l’information que des coupeurs de route sont postés dans les plantations, pour les attaquer. Cette même information parvient aux gendarmes qui, de toutes les façons, organisent des patrouilles régulières. Aux environs de 22h, ces bandits, qui espèrent cueillir des commerçants ayant attendu avant de prendre la route, sont toujours postés. Les gendarmes de Soubré s’engagent sur cette voie escarpée d’Okrouyo. Après environ cinq kilomètres, ils sont contraints par des hommes en armes de garer. Ils s’apprêtent à toute éventualité, car n’ayant eu aucune information sur la présence de leurs collègues ou frères d’armes dans cette zone, dans les encablures d’une plantation d’hévéa.

Les hommes de la maréchaussée n’ont pas tort de s’apprêter, car l'un des bandits, sous la menace de son arme, ordonne l'immobilisation totale de la voiture qui roulait à pas de tortue. Lorsqu’il s’approche, il est trop tard. Il est surpris de voir des hommes en armes à bord du véhicule et ouvre le feu sur les gendarmes qui ripostent aussitôt. Cette riposte est fatale à ce malfrat qui est atteint mortellement. La fusillade profite au second acolyte posté dans la pénombre, qui prend ses jambes à son cou, en profitant de l’obscurité et de la connaissance du terrain. A côté du bandit tué, les gendarmes découvrent une arme de guerre de type AK 47 canon scié avec deux (2) chargeurs garnis de trente (30) et de quinze (15) munitions de 7,62m/m.


M’BRA Konan