Koumassi : En pleine rue, il pique une crise, tombe et meurt avec un sac contenant une bible 

Publié le
koumassi-en-pleine-rue-il-pique-une-crise-tombe-et-meurt-avec-un-sac-contenant-une-bible Le jeune homme est mort subitement dans la rue, sans qu’on n’en sache les causes réelles. (ph. d'archives)
Faits divers

Le samedi 19 juin 2021, les usagers de la principale voie du quartier Akromiabla (quartier communément appelé 32), dans la commune de Koumassi, et les riverains ont fait une découverte macabre peu après 19h. En effet, un corps sans vie d’un jeune homme gisait au bord de la principale rue qui serpente le quartier.

De teint noir, il pourrait être âgé  d’une trentaine d’années. Il état habillé d’un jacket noir sur un tricot blanc, avec un jean de couleur bleu. Il avait barré son visage de lunettes de soleil. L’homme qui, visiblement, faisait le sens Carrefour pinasse-Fanny, s’est écroulé à côté de la clôture en tôles d’une entreprise de construction magrébine, en bordure de route et en face de la mosquée principale d’une confrérie musulmane.

Les instants qui ont suivi cette chute, l’homme a rendu l’âme. Aussitôt, une horde de badauds a formé un cercle autour du cadavre encore chaud du pauvre. Ce rétrécissement de la voie avait même créé un embouteillage. Ces curieux n’ont été dispersés qu’à la faveur de la pluie diluvienne qui s’abattait aussi bien sur ce quartier que sur l’ensemble d’Abidjan.

La dépouille de ce jeune homme traînait dans cette rue sous cette pluie jusqu’à 21h, sans le moindre constat ou attention particulière. Certains badauds téméraires s’étaient abrités sous des hangars de fortune pour observer de loin. Une bonne volonté avait mis une bâche pour donner un peu de dignité à la dépouille de ce monsieur qui a trouvé la mort subitement dans la rue. Les agents de forces de l’ordre, qui sont arrivés finalement pur faire le constat, n’ont trouvé aucune pièce pouvant permettre de l’identifier.

Toutefois, dans son sac, posé à côté de lui,  ils ont découvert une bible à l’intérieur de laquelle se trouvait un extrait de naissance portant l’identité suivante : Wadjams Aketia Koffi Joseph Junior, né le 26 juin 1990, à la maternité d’Etuéboué. Il n’avait pas non plus de  téléphone portable. Certains curieux sur place ont cru savoir qu’il se prénommait N’Guessan. Vrai ou faux, les forces de l’ordre ont ouvert une enquête pour cerner cette mort et retrouver la famille du défunt. En attendant, elles ont autorisé l’enlèvement du corps par les services des pompes funèbres.

M’BRA Konan