Yopougon : Un chef de gang recherché, abattu en plein conclave dans un garage-auto

Faits divers
Publié le Modifié le Source : Soir info
yopougon-un-chef-de-gang-recherche-abattu-en-plein-conclave-dans-un-garage-auto Après le constat d'usage, son corps sans vie, sérieusement troué de plombs, est enlevé par les services des pompes funèbres.

Il est définitivement resté à quai le nommé Ahmed, présenté comme un vrai caïd, chef de gang redoutable, à qui il est attribué plusieurs attaques à main armée. C'est dans la nuit du lundi 28 juin 2021, que le chant de cygne a à jamais sonné pour lui. Il est tombé les armes à la main. Et on ne retiendra jamais rien de bon de lui.

De fait, informent nos sources, plusieurs attaques à main armée troublent sérieusement la quiétude des populations à Yopougon. Et tous ces actes criminels ont particulièrement un dénominateur commun. A savoir, le prénommé Ahmed au gang duquel, il est imputé tous ces méfaits. Et ça, les éléments de la Police criminelle en sont édifiés après plusieurs recoupements. C'est dire, qu'il est activement recherché.

Mais alors que les flics en sont à ses trousses, Ahmed et son peloton armé, lancent un énième assaut en Zone industrielle à Yopougon, la commune chaude qui semble être le territoire de prédilection de la bande. C'était le jeudi 24 juin 2021.

Ce jour-là en effet, informent des sources sécuritaires, Ahmed et son escouade chargent une société de fabrication de produits cosmétiques. Les criminels ont la main heureuse. Puisqu’ils se tirent des lieux, avec la coquette somme de huit ( 08) millions de F Cfa.

Cet autre coup s'étant soldé par un succès, ça donne forcement des envies et une boulimie qui poussent à ne plus arrêter. Ainsi, notre homme tant recherché et ses hommes peaufinent une autre attaque. Ils ont la cible et le plan pour faire mouche. C'est encore et toujours à Yopougon.

Et tard dans la nuit du lundi 28 juin 2021, la garnison malveillante se retrouve dans un garage-auto sis au village-quartier d'Andokoi . C'est dans le périmètre du premier pont, non loin de la gare d'une compagnie de transport. En ces lieux, Ahmed instruit ses affidés sur les derniers détails de l'assaut.

Mais cette fois, c'est sans compter sur une présence totalement inattendue. C'est qu'un informateur anonyme, alerte les éléments de la Police criminelle, sur la présence de Ahmed et de ses gars, dans ledit garage-auto.

Les éléments des forces de l'ordre y effectuent une descente et surprennent les criminels en plein conclave d'ajustement de leur plan. A la vue des agents de police qu'ils considèrent de tout temps comme des trouble-fête, les quidams ouvrent le feu et c'est la débandade.

Mais si ses trois acolytes grâce certainement à une parfaite connaissance du secteur, réussissent à se soustraire du déluge du feu qu'ils déclenchent, ce n'est pas le cas de leur chef avec l'absence de qui, il leur faudra désormais faire. C'est que dans la fusillade, Ahmed vêtu d'une culotte Jeans bleue, d'une chemise à carreaux et chaussé d'une paire de tennis, est abattu de plusieurs balles.

Après le constat d'usage, son corps sans vie, sérieusement troué de plombs, est enlevé par les services des pompes funèbres. Les agents de police eux, reprennent leur bâton de pèlerin, à la recherche des autres membres du gang, encore en cavale.


KIKIE Ahou Nazaire