Côte d'Ivoire

Arrestation du violeur d’une institutrice à Sandégué : Voici ce que la ministre Mariatou Koné a dit à la gendarmerie et à la police

Faits divers
Publié le Modifié le Source : Linfodrome
arrestation-du-violeur-d-une-institutrice-a-sandegue-voici-ce-que-la-ministre-mariatou-kone-a-dit-a-la-gendarmerie-et-a-la-police La ministre de l'Education Nationale et de l'Alphabétisation, Mariatou Koné

Kouassi Pacôme, le violeur de dame T.A., institutrice à Daridougou, localité située dans la sous-préfecture de Sandégué, dans le département de Bondoukou, a été interpellé, ce dimanche 17 octobre 2021, à 8h30 par la gendarmerie nationale de Côte d’Ivoire. A l’occasion, la ministre de l’Education Nationale et de l’Alphabétisation, Mariatou Koné, a adressé un message à la gendarmerie et à la police nationale de Côte d’Ivoire.

C’est fait. Kouassi Pacôme, le violeur de dame T.A., institutrice à Daridougou, dans la nuit du mercredi 6 au jeudi 7 octobre 2021, àDaridougou, a été interpellé, ce dimanche 17 octobre 2021, à 8h30, par la gendarmerie nationale. Aussitôt informée, la ministre de l’Education Nationale et de l’Alphabétisation, Mariatou Koné, a poussé un ouf de soulagement, avant d’adresser un message de remerciement à la gendarmerie et à la police nationale. « J’adresse mes remerciements et ceux de la communauté éducative à la Gendarmerie et à la Police Nationale, à la DITT, aux autorités administratives et politiques ainsi qu’à toutes structures et personnes qui se sont mobilisées », a-t-elle dit.


Mariatou Koné a laissé entendre que « Ce criminel sera traduit devant les tribunaux pour répondre de ses actes ».

Une semaine plus tôt, la ministre de l’Education Nationale et de l’Alphabétisation a condamné « avec la grande fermeté cet acte ignoble », avant d’ajouter qu’elle « entend tout mettre en œuvre, en liaison avec les autorités judiciaires, pour que l’auteur subisse la rigueur de la loi ».

Adolphe Angoua

Sauf autorisation de la rédaction ou partenariat pré-établi, la reprise des articles de linfodrome.com, même partielle, est strictement interdite. Tout contrevenant s’expose à des poursuites.