Côte d’Ivoire/Enlèvements d’enfants : Une ravisseuse épinglée par la police criminelle

Publié le
cote-d-ivoire-enlevements-d-enfants-une-ravisseuse-epinglee-par-la-police-criminelle La ravisseuse d'enfants A.K.Z.M au violon de la police criminelle, elle répondra de ses actes devant le parquet. (DGPN)
Faits divers

Une présumée auteure d’enlèvements d’enfants à Abidjan a été épinglée et croupit dans les violons de la police criminelle.

La présumée auteure d’enlèvements d’enfants est enfin dans les filets de la Direction de la police criminelle. Cette ravisseuse présentement dans les locaux de la police criminelle, elle opère dans le district d’Abidjan et le quartier Doumangan à Jacqueville, pour cachette des victimes. Il s’agit d’A.K.Z.M, 18 ans, Ivoirienne sans profession.

De sources policières, elle a enlevé deux garçonnets de 4 ans 10 mois et de 4 ans 8 mois en date du 21 et 31 octobre 2021, respectivement dans la zone de Cocody Mermoz et de Riviera Palmeraie. Il y a un adage qui dit le voleur revient toujours sur ses pas. Et voilà  après chaque enlèvement, la présumée ravisseuse rentre en contact avec les parents de la victime pour leur exiger une rançon.

Après plusieurs plaintes à la police criminelle, les fins limiers ont réussi à retrouver les enfants enlevés à Jacqueville au quartier Doumangan et procéder à l’interpellation de la ravisseuse.

Parlant du mode opératoire d’A.K.Z.M, le directeur de la police criminelle, le Commissaire divisionnaire de Police, Zagadou Vincent De Paul, a fait des précisions sur cet acte audieux.

« Le mode opératoire de A.K.Z.M consiste à sillonner les quartiers huppés pour repérer ses cibles qui sont généralement des enfants dont l’âge varie entre 4 et 5 ans. Elle use de subterfuges pour les enlever et les met en un lieu sûr avant de revenir sur la scène du crime pour recueillir des informations, notamment les contacts téléphoniques des parents », a expliqué le Commissaire divisionnaire de police. Et d’ajouter : « Après cette étape, elle conduit ces enfants à Jacqueville où elle les séquestre et ensuite, exige le paiement d’une rançon aux parents. A.K.Z.M qui a reconnu les faits, répondra de ses actes devant le parquet », a déclaré le directeur de la police criminelle.

PK