Abidjan

Abobo : Un homme meurt en pleins ébats sexuels dans un hôtel, sa compagne prend la fuite

Publié le Modifié le
abobo-un-homme-meurt-en-pleins-ebats-sexuels-dans-un-hotel-sa-compagne-prend-la-fuite Le conservateur de bibliothèque a trouvé la mort dans un hôtel (Ph d'illustration)
Faits divers

La vie de M.D.B., un conservateur de bibliothèque, âgé de 63 ans, s’est arrêtée, le lundi 13 décembre 2021, en pleine montée au 7ème ciel dans un hôtel de passe à Abobo Akeikoi.

Un drame a été enregistré, le lundi 13 décembre 2021, dans un hôtel de passe de 10 chambres à Abobo Akeikoi. M.D.B., un conservateur de bibliothèque, âgé de 63 ans, y a trouvé la mort. Un décès survenu en pleins ébats avec sa compagne. Une vraie beauté africaine. La poitrine généreuse, des fesses débordantes et un teint d’ébène. En un mot comme en mille, la compagne de M.D.B. fait saliver.

Un collectionneur de femmes

A en croire Soir Info qui rapporte les faits, le conservateur de bibliothèque est un habitué du coin, au point où il y a une familiarité entre lui et la gérante, ainsi que les agents d’hygiène qui le rencontrent régulièrement dans le couloir. Ses proches soutiennent également qu’il est un collectionneur de femmes. Et pour avoir une performance sexuelle à cet âge, il lui faut des excitants et des aphrodisiaques. Il se procure régulièrement des médicaments ou compléments alimentaires de ce type.


Le jour des faits, M.D.B. se présente aux environs de 20 heures à l’hôtel avec sa nouvelle conquête. A la réception, il est reçu par la gérante à qui il fait savoir que « c’est comme d’habitude », c’est-à-dire une heure. De toute façon, en cas de nécessité, la gérante sera avisée, lui aurait-il fait savoir.

La gérante fait taper à la porte dans un premier temps

Une fois en possession de la clé, il rejoint sa compagne d’un jour dans le couloir, avant de la prendre par la taille pour s’engouffrer dans la chambre numéro 7. Le reste se passe entre les deux tourtereaux dans la chambre. Il est presque 22 heures et M.D.B. et sa compagne sont encore dans la chambre alors qu’il n’a demandé qu’une heure. La gérante fait taper à la porte dans un premier temps. Et là, c’est la voix de la femme qui répond en ces termes : « On arrive ». En clair, le ‘’match’’ n’est pas encore terminé.

« Mais quelle ne fut sa surprise de constater que M.D.B. est seul, assis dans une chaise, inerte »

Après une demi-heure, la gérante fait repartir son employé. Mais lorsque ce dernier arrive à la chambre pour, cette fois-ci, ‘’déloger’’ le couple, il trouve la porte entrouverte sans lumière et personne ne fait signe. Il se dit que monsieur et madame sont sortis. Il voulait alors refaire le lit pour les autres clients qui attendent. Mais quelle ne fut sa surprise de constater que M.D.B. est seul, assis dans une chaise, inerte. Il court à perdre haleine informer la gérante. A son tour, celle-ci appelle les sapeurs-pompiers qui se déportent sur les lieux.

Les soldats du feu font descendre M.D.B. de la chaise et le font coucher. Mais ils constatent que   son décès est survenu depuis plusieurs heures. Ils constatent également la présence de liquide séminal au niveau de son sexe. Non loin du lit, sur une table, une boite vide de comprimés d’un médicament. Plus tard, le corps a été enlevé par les services des pompes funèbres pour sa conservation dans une morgue de la place.

M.D.B., le conservateur de bibliothèque était à la recherche du plaisir charnel dans un hôtel. Il y a trouvé la mort. Triste !

Adolphe Angoua

Sauf autorisation de la rédaction ou partenariat pré-établi, la reprise des articles de linfodrome.com, même partielle, est strictement interdite. Tout contrevenant s’expose à des poursuites.