Côte d'Ivoire

Arrah : Un Sergent de la CRS fusillé, hier, lors d’une patrouille de nuit, son évacuation en cours

Publié le Modifié le
arrah-un-sergent-de-la-crs-fusille-hier-lors-d-une-patrouille-de-nuit-son-evacuation-en-cours Le Sergent Gueu Meguy a été touché par balles
Faits divers

Une patrouille de la Compagnie Républicaine de Sécurité d’Arrah a essuyé, dans la nuit du mercredi 12 au jeudi 13 janvier 2022, un tir de calibre 12, blessant le Sergent Gueu Meguy à l’épaule, au mollet et à la cuisse. Linfodrome a appris que son évacuation sur Abidjan est en cours.

Nuit sanglante pour la Compagnie Républicaine de Sécurité (CRS) à Arrah, ville située dans la Région du Moronou, au centre-est de la Côte d’Ivoire. En effet, notent nos sources, la patrouille faite dans la nuit du mercredi 12 au jeudi 13 janvier 2022 s’est terminée dans le sang. Alors que ladite patrouille se déroulait sans anicroche, elle a été visée, autour de 3h10 par un tir de calibre 12.

Le Sergent Gueu Meguy évacué à Abidjan

Malheureusement, un élément de la Compagnie Républicaine de Sécurité a été touché. Il s’agit du Sergent Gueu Meguy, blessé à l’épaule, au mollet et à la cuisse. A en croire des sources sécuritaires, son évacuation dans un Centre hospitalier universitaire (CHU) est en cours. Les mêmes sources nous apprennent que le Sergent Gueu Meguy est fort heureusement conscient.

La vigilance recommandée lors des services de nuit

Pour l’instant, Linfodrome n’a aucune information sur le ou les auteurs de cet acte criminel. La hiérarchie policière saisie a invité à maintenir haut le niveau de vigilance au sein de toutes les unités à l’occasion des services de nuit.

« Les éléments de CRS déterminés »

Une chose est certaine, cette attaque n’entame en rien la détermination des éléments de la Compagnie Républicaine de Sécurité d’Arrah de mener des patrouilles de nuit pour protéger les honnêtes citoyens et leurs biens.


Les faits qui se sont produits à Arrah avec le tir essuyé par la patrouille rappelle un événement tragique qui a eu lieu, dans la nuit du 31 août 2017, où Koffi Yao Esaï, élément de la Compagnie de Républicaine de Sécurité (CRS 4) a été égorgé au quartier Sable de Yopougon par des enfants en conflit avec la loi communément appelés microbes.

On se souvient que quelques jours après ce drame, des policiers se réclamant de la même promotion que le défunt y ont effectué une descente musclée, dans la nuit de lundi 4 au mardi 5 septembre 2017. Des affrontements sanglants entre policiers et microbes se sont soldés par un mort dans les rangs des enfants en conflit contre la loi.

Adolphe Angoua

Sauf autorisation de la rédaction ou partenariat pré-établi, la reprise des articles de linfodrome.com, même partielle, est strictement interdite. Tout contrevenant s’expose à des poursuites.