Côte d'Ivoire

Baignade mortelle à Modeste : Deux étudiants en licence de Droit disparaissent en mer, un témoin des faits raconte

Publié le Modifié le
baignade-mortelle-a-modeste-deux-etudiants-en-licence-de-droit-disparaissent-en-mer-un-temoin-des-faits-raconte Guéi Claude Michael et Ekra Ebrottié David Vincent emportés par des vagues sont sans nouvelle
Faits divers

Ekra Ebrottié David Vincent et Guei Fiéglo Claude Michael, tous deux étudiants en Licence de Droit, à l’Université Félix Houphouët Boigny de Cocody, partis le samedi 19 février 2022, à la plage à Modeste (Grand Bassam), ont été emportés par la mer. Jusqu’à présent, aucune nouvelle de ces étudiants. Une jeune fille témoin des faits raconte la scène dramatique.

Ekra Ebrottié David Vincent et Guei Fiéglo Claude Michael, étudiants en Licence de Droit, à l’Université Félix Houphouët Boigny de Cocody, qui attendaient leurs résultats après avoir composé les 5 et 12 janvier 2022, ne les verront certainement plus. Partis, le samedi 19 février 2022, à la plage à Modeste, dans la commune de Grand Bassam, ils ont été emportés par les vagues de la mer. Depuis, ils sont introuvables.

Selon une jeune fille témoin de la scène, les deux étudiants avaient réussi à sauver un de leur ami qui se noyait, mais ont été emportés par les vagues. Elle raconte qu’arrivés à la plage aux environs de 10 heures, ils sont allés nager d’abord dans la mer, avant de se rendre dans le lac juste en face.

« Nous sommes restés et on a joué au ballon »

« Nous y sommes restés et j’ai dit que j’avais faim. Nous sommes allés manger. Juste après, David (Eka Ebrottié David Vincent : ndlr) nous a suivis pour venir manger. Nous sommes restés et on a joué au ballon », confie-t-elle.

Ekra et Guéi sauvent leur ami de la noyade et sont emportés par les vagues

La suite ? A l’en croire, les étudiants et leurs amis sont retournés dans la mer. « Ils s’amusaient. Une première fois, la vague a pris les 3, mais il y a un qui se noyait. David et Guéi ont dit qu’ils vont le sauver. Ils ont réussi à faire sortir celui qui se noyait. Guéi était plus loin que David. Les vagues les ont séparés. Guéi d’un côté, David de l’autre. Je voyais toujours David, mais je ne voyais plus Guéi. Je suis partie chercher de l’aide. Le monsieur qui nous a donné le coin n’était pas là », confie la jeune fille.

Selon Jean Jaurès Ané joint au téléphone, depuis la disparition des deux étudiants en mer, on ne communique pas assez sur ce drame. « On a dû partager les photos pour essayer d’informer tous ceux qui sont sur le littoral. Etant donné qu’on n’a pas une force sur les réseaux sociaux, l’information n’était pas corsée. Pour l’heure, on attend de retrouver les corps », espère-t-il.

Il raconte que les deux étudiants font partie d’un groupe d’amis qui ont l’habitude de se rendre à la plage à Grand Bassam les week-ends.

L’affaire ébruitée sur les réseaux sociaux

Selon Rahim Bakayoko qui a ébruité cette affaire sur les réseaux sociaux, ils ont essayé par tous les moyens d’alerter des personnes potentiellement capables de les aider, mais jusqu’à présent aucune réponse !

« Les pompiers qui sont venus le dimanche disent que la marée est haute et qu’ils ne pouvaient ; ils ont tous remballé ! Nous avons pris contact avec le gouvernement, il ne nous a pas laissé de réponse. On contacte même des chaînes de télé pour qu’elles puissent même nous aider à informer le plus de personnes possibles pour qu’on puisse au moins retrouver leurs corps mais hélas ».

Sauf autorisation de la rédaction ou partenariat pré-établi, la reprise des articles de linfodrome.com, même partielle, est strictement interdite. Tout contrevenant s’expose à des poursuites.