Côte d'Ivoire

Yamoussoukro : Deux hommes armés se battent à un corridor, l’un des deux tente d’arracher son arme à un policier et le blesse

Publié le Modifié le
yamoussoukro-deux-hommes-armes-se-battent-a-un-corridor-l-un-des-deux-tente-d-arracher-son-arme-a-un-policier-et-le-blesse Le Sergent-Chef N.A.E. a été blessé à la pommette droite par l'élément du CCDO qui a voulu arracher son arme
Faits divers

Un élément du CCDO désarmé, dans la nuit du dimanche 27 mars 2022, au corridor de Morofé (Yamoussoukro) lors d’une dispute avec un fonctionnaire armé, a tenté d’arracher son arme au Sergent-Chef N.A.E., le blessant à la pommette droite.

Un drame a été évité de justesse, dans la nuit du dimanche 27 mars 2022, au corridor de Morofé, à Yamoussoukro, la capitale politique ivoirienne. Cette nuit-là, aux environs de 0h51, une dispute a éclaté, sous une pluie battante, entre le sergent de police B.H. en service au Centre de coordination des opérations décisionnelles (CCDO), et K.Y.E., directeur du centre d'information sur les normes et la réglementation du ministère de l'industrie et du commerce.

L’élément du CCDO a utilisé son arme pour menacer son adversaire

Selon nos sources, les deux hommes se suivaient à bord de deux véhicules. Une fois au corridor de Morofé, ils sont descendus de leur voiture et se sont mis à se disputer sous les yeux des policiers. A en croire nos sources, l’élément du CCDO, en tenue civile, a utilisé son arme de dotation pour menacer son adversaire K.Y.E.

Voyant qu’un drame se profilait à l’horizon, les policiers qui étaient au corridor interviennent et désarment non sans difficulté l’élément du CCDO. Non content d'avoir été désarmé, le Sergent-chef B.H. a tenté d'arracher son arme des mains du Sergent-chef N.A.E. en vain. Cette lutte a occasionné une entaille profonde à la pommette droite du fonctionnaire de la DPSD.

L’adversaire de l’élément du CCDO était également armé

L’adversaire de l’élément du CCDO, K.Y.E., était également armé. Il avait dissimulé son arme à feu sous sa chemise et l’a remise volontairement au Sergent-Chef N.A.E. Selon nos sources, il est détenteur d'un permis de port d'arme et son arme est de marque Smith-Wesson. Celle de l’élément du CCDO, le sergent-chef B.H. est de marque SIG Sauer.

Informés, des équipages de CCDO et du SRPJ se sont rendus sur les lieux. Les deux adversaires ont été conduits au SRPJ pour audition. Par la même occasion, les deux armes ont été remises au SRPJ.

Quant au Sergent-chef N.A.E. blessé, il a reçu des soins au Centre hospitalier régional (CHR) de Yamoussoukro et ses jours ne sont pas en danger. A en croire les mêmes sources, il n'a pas souhaité porter plainte.

Dans la capitale politique ivoirienne, on s’explique difficilement cette dispute au cours de laquelle l’élément du CCDO a utilisé son arme pour menacer K.Y.E. qui avait également une arme dissimulée sous sa chemise. Sans doute, au cours de leur audition, on en saurait davantage.

Le professionnalisme des policiers salué

Il faut saluer le professionnalisme du Sergent-chef N.A.E. et de ses collègues qui étaient au corridor de Morofé. Sans eux, les deux hommes armés se seraient tirés dessus.

Sauf autorisation de la rédaction ou partenariat pré-établi, la reprise des articles de linfodrome.com, même partielle, est strictement interdite. Tout contrevenant s’expose à des poursuites.