Abidjan

Drame à Koumassi : Une autre fille meurt dans une résidence au Remblais, 3 personnes interpellées

Publié le Modifié le
drame-a-koumassi-une-autre-fille-meurt-dans-une-residence-au-remblais-3-personnes-interpellees La jeune fille prénommée Kadi est décédée dimanche après avoir passé la nuit avec deux jeunes garçons dans une résidence (Ph d'illustration)
Faits divers

3 mois après le décès de 4 jeunes filles dans une résidence au quartier Divo à Koumassi, un autre drame similaire s’est produit, le dimanche 3 avril 2022, au remblais, dans la même commune.

Après le décès de 4 jeunes filles, en janvier 2022, dans une résidence meublée au quartier Divo, à Koumassi, un autre drame similaire s’est produit, le dimanche 3 avril 2022, au Remblais, dans la même commune. Une jeune fille prénommée Kadi, âgée de 17 ans, est décédée après avoir passé la nuit du samedi avec deux jeunes garçons, Pitchou (23 ans) et Mobio (20 ans), dans une résidence.

Selon nos sources, dans la nuit du samedi 2 avril 2022, L.M.V., une jeune fille âgée de 20 ans, trouve ses camarades Pitchou et Mobio dans une résidence louée au Remblais par Pitchou. Les trois jouent au jeu ludo sur un téléphone portable. La victime, Kadi, qui était, dit-on, encore à un anniversaire avec le téléphone portable de L.M.V., n’était pas entrée en scène.

Kadi trouve Pitchou, Mobio et L.M.V. à la résidence où elle prend place dans un fauteuil

Plus tard, L.M.V. qui a besoin de son téléphone portable qui se trouve avec Kadi veut son appareil. Elle l’appelle donc pour le récupérer, en donnant bien sûr sa position géographique, la résidence du Remblais. Les minutes qui suivent, kadi y débarque avec le téléphone de sa camarade L.M.V. Elle trouve Pitchou, Mobio et L.M.V. à la résidence où elle prend place dans un fauteuil.

Aux environs de minuit, L.M.V. veut rentrer à la maison. Mais à en croire nos sources, Kadi fatiguée ne veut pas rentrer avec sa camarade L.M.V. Elle a encore le téléphone et demande à L.M.V. de rentrer sans son appareil sous prétexte qu’elle a des appels à faire. L.M.V. rentre donc chez elle à Marcory et laisse sa camarade Kadi qui passe la nuit à la résidence avec Pitchou et Mobio.

Le lendemain dimanche, L.M.V. voit Pitchou au quartier à Marcory et elle réclame toujours son téléphone portable resté avec Kadi. Pitchou lui apprend qu’il est sorti le matin avec son camarade Mobio en laissant Kadi seule dans la résidence. Il donne le transport à L.M.V. pour qu’elle aille récupérer son téléphone avec Kadi.

Il récupère sa clé et sort en laissant Kadi ronfler

Mais bien avant l’arrivée de L.M.V. à la résidence, Mobio qui dit y avoir oublié sa clé s’y rend, en compagnie d’un autre jeune. D’après eux, ils ont trouvé Kadi en train de ronfler. Il récupère sa clé et sort en laissant Kadi ronfler.

Après leur départ, L.M.V. se rend à la résidence dans le but de récupérer son téléphone. Elle y trouve sa camarade Kadi dans un état bizarre. Elle la réveille, mais elle ne réagit pas. Elle appelle donc Pictchou et Mobio pour les informer. Ces derniers débarquent les instants qui suivent et à 3, ils évacuent Kadi à l’hôpital général de Port Bouet.

Les médecins annoncent le décès de Kadi

Les médecins qu’ils y trouvent leur demandent d’aller acheter un carnet. A leur retour, ils leur annoncent le décès de Kadi.

La gendarmerie de Vridi Cité saisie de l’affaire interpelle Pitchou, Mobio et L.M.V, avant de les transférer dans la nuit du même dimanche à la Police Criminelle au Plateau.

Les parents de Kadi accusent L.M.V. d’avoir attiré leur fille dans un traquenard. A Marcory où vivent les personnes impliquées dans cette affaire, les supputations vont bon train. Nous y reviendrons.

Sauf autorisation de la rédaction ou partenariat pré-établi, la reprise des articles de linfodrome.com, même partielle, est strictement interdite. Tout contrevenant s’expose à des poursuites.