Côte d'Ivoire

Bouaflé : De retour des cours du soir, une jeune fille égorgée par deux individus à moto

Publié le Modifié le
bouafle-de-retour-des-cours-du-soir-une-jeune-fille-egorgee-par-deux-individus-a-moto Le corps de la jeune fille a été enlevé et conservé à la morgue (Ph d'illustration)
Faits divers

Kouadio Aya Madeleine, inscrite au cours du soir UNESCO à l’Epp Tiecoura Diawara, à Bouaflé, a été égorgée, dans la nuit du lundi 16 mai 2022, par deux individus à moto.

Un crime odieux a été commis, dans la nuit du lundi 16 mai 2022, au quartier Koko, à proximité de la maternité Dioulabougou, à Bouaflé. Kouadio Aya Madeleine, une jeune fille âgée d’environ 21 ans, a été égorgée par deux individus à moto.

Kouadio Aya Madeleine suivait des cours du soir

Selon nos sources, la victime qui vivait au quartier CEDEAO était inscrite au cours du soir UNESCO à l’Epp Tiecoura Diawara. Dans la nuit des faits, elle revenait justement des cours du soir, aux environs de 22 heures.

A en croire des témoins, Kouadio Aya Madeleine rentrait chez elle quand deux individus à moto l’ont accostée. Muni d’une arme blanche, l’un deux est descendu de l’engin et lui a tranché carrément la gorge.

Une fois le forfait accompli, les deux hommes ont pris la fuite à moto, avant de disparaitre dans la nature.

Près du corps de la malheureuse baignant dans son sang, son sac contenant ses effets scolaires, la somme de 5 200 francs cfa et un téléphone portable. Visiblement, aucun objet n’a été volé par les auteurs du crime. Toute chose qui pourrait faire penser à un règlement de comptes. Dans ce cas, les criminels ou les commanditaires pourraient se trouver dans son entourage.

Les supputations vont bon train dans la Région de la Marahoué

D’ailleurs, depuis l’annonce de la triste nouvelle, les supputations vont bon train dans la Région de la Marahoué. Certains n'écartent pas la piste d’un crime passionnel. Par ailleurs, d'autres croient dur comme fer que la victime a eu des démêlés avec une connaissance qui a décidé de lui régler ses comptes dans le sang.

Dans tous les cas, les résultats de l’enquête diligentée par la police locale pourraient élucider cette affaire qui a plongé la ville dans la psychose. Selon des sources sur place, les populations ont commencé à déserter les rues, la nuit tombée.

Sauf autorisation de la rédaction ou partenariat pré-établi, la reprise des articles de linfodrome.com, même partielle, est strictement interdite. Tout contrevenant s’expose à des poursuites.