Bloléquin : Une retraite spirituelle vire au drame, deux morts et d’importants dégâts matériels, signalés

Publié le Modifié le
blolequin-une-retraite-spirituelle-vire-au-drame-deux-morts-et-d-importants-degats-materiels-signales Deux frères en retraite spirituelle ont été tués en pleine forêt
Faits divers

Un  Crime Odieux  a eu lieu au matin du jeudi 19 mai dernier, à Gueya une localité de la sous-prefecture  de Bloléquin, dans l'Ouest de la Côte d'Ivoire.

Dans le village de Gueya, une localité de la sous-préfecture de Bloléquin, deux frères d’une famille ont été froidement abattus dans une forêt, alors qu’ils s’y étaient retranchés dans le cadre d’une retraite spirituelle.

Selon des sources sécuritaires contactées par Linfodrome, ces frères au nombre de trois avaient décidé d’observer un moment de jeûne de trois jours afin d’obtenir la faveur de Dieu sur un litige foncier.

Les faits

Mais ce moment de recueillement et de spiritualité va malheureusement se transformer en drame. En effet, selon notre interlocuteur, dans ce moment de jeûne, Ils s’étaient fais accompagner  par un dozo, lequel chasseur traditionnel avait pour mission d’assurer leur sécurité. Une fois sur les lieux, ce dernier va les abandonner en plein milieu de la forêt, prétextant une course urgente à régler.

Des paysans qui passaient par là très tôt le matin ont trouvé suspect, la présence de ces chrétiens en pleine brousse.  qu’ils ont pris pour des coupeurs de route. Ils accourent, alerter le chef de village, qui dépêche une mission de reconnaissance. Il   n’en est rien.Ils ont constaté qu’il s’agissait en effet de jeunes autochtones ,  puisqu'ils priaient en langue locale. Ils se sont alors retournés au village et se sont séparés.

C’est plus tard que le drame va se produire. Des individus, des dozos, à en croire notre source, sortis de nulle part dans la brousse ouvre le feu à bout portant. L’ainé des trois frères, touché en plein visage meurt sur le coup.

Le second grièvement blessé est tailladé. Le troisième qui a réussi à échapper aux criminels, alerte la communauté  villageoise

Le second grièvement blessé est tailladé. Le troisième qui a réussi à échapper aux criminels, alerte la communauté  villageoise. Ceux-ci à leur tour informent les autorités administratives de Bloléquin et accourent tous vers le lieu du drame. Horreur! les corps des deux frères sont abandonnés dans la broussaille. Les corps mutilés

Des affrontements inter-communautaires évités de justesse

L’information gagne le village comme une traînée de poudre blanche. Les populations entrent dans une colère noire. Des biens et des maisons d’allogènes brûlés, une chasse aux dozos est aussitôt lancée. Saisi, le sous-préfet de Bloléquin informe son collègue de Zéaglo. Le chef de cantonnement des eaux et forêts et le président des jeunes sont également cooptés.

Après d’intenses négociations avec la foule en colère, ils parviennent à leur faire entendre raison. La situation reste toute de même tendue, confie notre source. Aux dernières nouvelles, le chef des dozos et certains membres de la confrérie ont été interpellés et placés en détention à la gendarmerie pour nécessité d’enquête.