Côte d'Ivoire

Ouragahio : Une écolière de 14 ans violée pendant 4 jours par un homme âgé de 45 ans

Publié le
ouragahio-une-ecoliere-de-14-ans-violee-pendant-4-jours-par-un-homme-age-de-45-ans La petite G.G. a subi les assauts sexuels d'un quadragénaire (Ph d'illustration)
Faits divers

Agée de 14 ans et originaire de Kokuezo, un village de la sous-préfecture de Ouragahio, G.G., élève en classe de CM2 a été droguée et violée pendant 4 jours par un quadragénaire.

Kokuezo, village situé dans la sous-préfecture de Ouragahio, dans le département de Gagnoa, est secoué par une affaire de viol sur mineur. G.G., une fillette âgée de 14 ans, élève au Cours moyen 2ème année (CM2), a été droguée, séquestrée et violée pendant 4 jours. Le présumé violeur n’est autre que K.R., un homme âgé de 45 ans qui se trouve aujourd’hui entre 4 murs, à la Maison d’arrêt et de correction de Gagnoa.

La fillette a disparu au lendemain d’une veillée funèbre

A en croire Soir Info qui rapporte les faits, les malheurs de la candidate à l’examen de l’entrée en sixième ont débuté, le samedi 23 avril 2022, au lendemain d’une veillée funèbre, quand ses parents ont constaté sa disparition. Ce n’est que le mercredi 27 avril 2022, soit 4 jours après sa disparition que l’élève réapparait.

Ses géniteurs sont, certes, heureux de la retrouver, mais entament une inspection de son corps. Bingo ! ils constatent du sang dans ses parties intimes.

Harcelée de questions, G.G. avoue tout. Selon elle, son bourreau l’aurait enfermée à son domicile et lui aurait fait consommer du café, avant de la violer dans un état d’inconscience.

Elle réussit à s’échapper avec l’aide de la mère de son bourreau

C’est plus tard qu’elle aurait repris connaissance. Entre temps, la mère de son bourreau qui s’était absentée momentanément signe son retour. Et c’est avec son aide que l’écolière réussit à s’échapper.

Conduite au centre de santé de Ouragahio, elle a été examinée par un médecin dont le diagnostic révèle qu’elle a effectivement subi des violences sexuelles ayant occasionné de fortes lésions de ses parties intimes.

Dès lors, une organisation non gouvernement (ONG) intervenant dans la lutte contre les violences sexuelles entre en scène via le Centre social de Ouragahio qui saisit la Brigade de gendarmerie de la ville.

L’enquête ouverte par les éléments de la maréchaussée permet d’interpeller K.R., le mis en cause. Ce dernier séjourne actuellement à la Maison d’arrêt et de correction de Gagnoa.

Sauf autorisation de la rédaction ou partenariat pré-établi, la reprise des articles de linfodrome.com, même partielle, est strictement interdite. Tout contrevenant s’expose à des poursuites.