Côte d'Ivoire

Niakara : Comment les chauves-souris privent les populations d'électricité, un agent de la CIE explique

Publié le Modifié le
niakara-comment-les-chauves-souris-privent-les-populations-d-electricite-un-agent-de-la-cie-explique Image des chauves-souris électrocutées à Niakara
Faits divers

Les habitants de Niakara sont souvent privés d’électricité par la faute des chiroptères, appelés couramment chauves-souris ou chauvesouris apprend-on de l’Agence ivoirienne de presse (AIP).

La fourniture d’électricité est constamment interrompue dans la ville de Niakaramandougou encore appelé Niakara, au centre-nord de la Côte d’Ivoire, dans la région du Hambol.

Les populations passent quelquefois la nuit dans la chaleur, les activités des opérateurs économiques prennent également un coup. Tout est difficile car l’électricité fait désormais parti des habitudes et il est presqu’impossible de s’en sortir sans électricité.

 A mettre à l’actif des chauves-souris

Au départ, l’on croyait à un dysfonctionnement de la Compagnie ivoirienne de l’électricité (CIE). Que nenni ! Ces fréquentes interruptions d’électricité sont à mettre à l’actif des chauves-souris a relevé l’Agence Ivoirienne de Presse.

« Des Chiroptères, appelés couramment chauves-souris ou chauvesouris, sont à l’origine des fréquentes perturbations constatées dans la fourniture de l’électricité ces derniers temps à Niakara (Centre-nord, région du Hambol), a appris l’AIP auprès des agents de la Compagnie ivoirienne d’électricité (CIE), mardi 09 août 2022 » précise l’agence de presse gouvernementale.

Les chauves-souris qui, habituellement, se positionnent tête en bas, se retrouvent électrocutées ...

Pour mieux comprendre comment ces animaux arrivent à priver des milliers d’habitants d’électricité, l’AIP a approché un agent de la CIE qui a donné les raisons sous le couvert de l’anonymat.

« Les chauves-souris qui, habituellement, se positionnent tête en bas, se retrouvent électrocutées lorsque leurs ailes touchent deux fils électriques. Dès lors, du fait de l’adhérence de leurs pattes, elles restent sur le câble créant ainsi une masse ou court-circuit électrique » a-t-il révélé.

Dans de tel cas, conclut l’agent, Pour procéder au rétablissement de la fourniture de l’électricité, il faut nécessairement débarrasser les câbles de ces bestioles. Cela pourrait prendre du temps. Vivement qu’une solution pérenne soit trouvée pour le bonheur des populations de Niakaramandougou.

Sauf autorisation de la rédaction ou partenariat pré-établi, la reprise des articles de linfodrome.com, même partielle, est strictement interdite. Tout contrevenant s’expose à des poursuites.