Placements illégaux de fond : 12 membres d’un réseau tombés dans les filets de la police

Publié le
placements-illegaux-de-fond-12-membres-d-un-reseau-tombes-dans-les-filets-de-la-police Quelques membres du réseaux de ces cyberdéliquants (PhDr).
Faits divers

La création de site internet de placement d’argent est devenue une activité récurrente.

Investir pour se faire de l’argent est une chose louable et les placements financiers sont attrayants car ils font miroiter de grosses sommes d’argent à gagner de façon rapide. Plusieurs personnes en quête de solutions idéales et faciles pour leur autonomie financière n’hésitent pas à s’inscrire sur ces différentes plateformes.

Cependant, certains sites web de placements sont des œuvres de cybercriminels pour la commission d’actes illicites. C’est en ce sens que des mesures ont été arrêtées par le gouvernement ivoirien pour lutter contre les placements illégaux d’argent. Néanmoins, certains cyberdélinquants décident d’outrepasser ces mesures. Le cas présenté dans les lignes suivantes vous donnera un aperçu de leur mode opératoire.

Retour sur les faits

Selon la plateforme de lutte contre la cybercriminalité, VH est un jeune opérateur économique. Il effectue de façon quotidienne des retraits de grosses sommes d’argent dans différents points de transferts d’argent. Pour réaliser ses transactions, il possède plusieurs cartes SIM.

Ce site consistait à inviter des individus à investir un montant de leur choix en vue d’un retour sur investissement plus élevé

Une fois l’une des SIM ayant atteint le plafond de retraits autorisés, elle est remplacée par une nouvelle pour la poursuite des opérations. Ces différents mouvements éveillent des soupçons chez l’opérateur qui, dans un premier temps, pense à un dysfonctionnement de sa plateforme. Pour élucider l’affaire, l’opérateur saisi d’une plainte la Plateforme de Lutte Contre la Cybercriminalité.

Les investigations de la PLCC

La PLCC, soutenue par le Laboratoire de Criminalistique Numérique a entamé des investigations qui ont permis l’interpellation du nommé VH. Conduit dans les locaux puis interrogé, il dit appartenir à un réseau et avoir été recruté pour réaliser des retraits avec des cartes SIM qui lui étaient mises à disposition. Les fonds retirés dit-il, proviennent d’un site de placement boursier en ligne.

Ce site consistait à inviter des individus à investir un montant de leur choix en vue d’un retour sur investissement plus élevé. L’argent investit devait croître en fonction du nombre de tâches journalières à mener sur le site. Les adhérents ne se doutaient nullement de la supercherie. En effet, ils constataient l’augmentation de leur solde sur la plateforme comme promis.

Le dénouement de l’enquête

Toutefois, quelques jours après ils étaient bloqués et ne recevaient guère leur dû. Sauf quelques uns qui recevaient de l’argent sur leurs comptes de transactions mobiles afin de les pousser à investir davantage et attirer le maximum de personnes. Les recherches et les perquisitions ont permis à la PLCC d’interpeller 12 membres du réseau. Ils avaient en leur possession une centaine de téléphones, 08 ordinateurs portables et la somme de 46 553 000 FCFA.

Au finish, ils ont tous été conduits au parquet avec pour charges, escroquerie et complicité d’escroquerie par le biais d’un système d’information. C’est le lieu d’appeler les internautes à la prudence face à des offres de gain bien souvent irréalistes. Surtout dans un environnement virtuel sans interlocuteur physique connu.