Côte d'Ivoire

Gagnoa : il détourne 13 millions et remet cet argent à un Imam, ce qui lui est arrivé

Publié le
gagnoa-il-detourne-13-millions-et-remet-cet-argent-a-un-imam-ce-qui-lui-est-arrive
Faits divers

Commis pour aller verser à la banque la somme de 13 millions du supermarché où il est employé, N.L.K. a remis cet argent à un Imam, avant de simuler un braquage. Le pot aux roses a été découvert…

braquage Le nommé N.L.K. âgé de 40 ans, père de 5 enfants, a été déféré devant le parquet de Gagnoa pour répondre de ses actes. Employé d’un supermarché, il a été commis par son entreprise pour faire le versement de la somme de 13 millions de francs cfa à la banque.

L’employé avait sa petite idée derrière la tête

Mais au lieu de prendre la direction de la banque, il s’est dirigé au quartier Dioulabougou pour confier le sachet contenant les 13 millions à l’Imam S.A. En agissant ainsi, l’employé avait sa petite idée derrière la tête. Faire croire à ses employeurs qu’il a été victime d’un braquage et reprendre plus tard l’argent.

Selon Allo Police qui livre cette information, après avoir confié cette somme à l’Imam, l’employé a directement foncé au commissariat de police du 1er arrondissement pour déclarer qu’il a été victime d’un braquage.

Les policiers lui ont conseillé d’aller informer d’abord son patron, avant toute autre démarche. Ce qu’il fait, avant de porter plainte contre X. Après quoi, l’employé est longuement interrogé par les policiers sur les faits, en présence de son patron.

« J’ai quitté le magasin à moto avec le sachet contenant l’argent. A cause d’un embouteillage, j’ai marqué un arrêt à hauteur de la station. C’est à ce moment précis que j’ai été accosté par deux individus à moto. Sous la menace d’un pistolet, ils m’ont intimé l’ordre de leur remettre le sachet en ma possession. De peur de me faire tuer, je me suis exécuté. Après quoi, ils se sont volatisés dans la nature avec l’argent », a-t-il fait croire.

« Je ne sais pas ce qui m’a pris. Je n’ai jamais fait ça, eh Allah ! »

Les explications de N.L.K. sont loin de convaincre le préfet de police. En fait, l’employé a laissé entendre que les faits ont eu lieu aux environs de 14 heures. Mais ceux qui ont emprunté la même voie à la même heure affirment n’avoir été confrontés à un quelconque embouteillage.

Cette faille dans les déclarations de l’employé amène le préfet de police à le mettre à la disposition de l’équipe d’enquête de la brigade anticriminelle de la préfecture de police.

Gardé à vue, il finit par avouer son forfait sous le feu roulant des questions des enquêteurs. « Je ne sais pas ce qui m’a pris. Je n’ai jamais fait ça. Eh Allah ! J’ai remis le sachet d’argent à l’Imam S.A. pour qu’il garde ça pour ça (…) », a-t-il avoué.

L’information relative à l’arrestation de l’employé parvient à l’homme de Dieu. Aussitôt, l’Imam S.A. se précipite chez A.F., un ami de N.L.K. à qui il remet le sachet contenant l’argent. Ce dernier est à son tour appréhendé.

Sauf autorisation de la rédaction ou partenariat pré-établi, la reprise des articles de linfodrome.com, même partielle, est strictement interdite. Tout contrevenant s’expose à des poursuites.